Philippe Richert : "On ne peut pas discuter sereinement avec la SNCF"

le
1
Le président de la région Grand Est, Philippe Richert, est très remonté contre la SNCF... 
Le président de la région Grand Est, Philippe Richert, est très remonté contre la SNCF... 

Le Point.fr : On sent un vent de fronde dans les régions à propos des TER et des Intercités. Comment l'expliquez-vous ?

Philippe Richert : Nous rencontrons depuis toujours des difficultés avec la SNCF. Pour plusieurs raisons. D'abord, la SNCF est le seul organisme qui fait circuler des trains en France. Il n'y a pas d'autres alternatives. Donc, en tant que présidents de région, alors que nos collectivités sont normalement autorités organisatrices de transports, nous sommes « piégés ». Ensuite, la SNCF connaît l'ensemble des réalités, elle maîtrise tous les chiffres sur la fréquentation, les coûts, les impacts. Nous, non. Nous disposons uniquement des données que l'on daigne nous transmettre. Comment voulez-vous que nous discutions de manière sereine ? Nous ne sommes vraiment pas contents. C'est un système opaque, marqué, qui plus est, par une mauvaise volonté affichée de la SNCF et de l'État. Le secrétaire d'État aux Transports ne cesse de faire des déclarations intempestives sans aucune concertation.

Vous êtes très remonté?

Et pour cause ! Je vous donne un exemple. La SNCF s'est rendu compte qu'il manquait des conducteurs en Ile-de-France. Eh bien, qu'a-t-elle fait ? Elle en a ponctionné dans d'autres régions. Dans le Grand Est, on a ainsi dû supprimer 31 trains parce qu'il n'y...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm il y a 9 mois

    Avec lui non plus, vu qu'il avait promis de sauver l'Alsace et est devenu son Juda.