Philippe Marini s'alarme pour l'automobile française en Iran

le
1
PHILIPPE MARINI S'ALARME POUR L'AUTOMOBILE FRANÇAISE EN IRAN
PHILIPPE MARINI S'ALARME POUR L'AUTOMOBILE FRANÇAISE EN IRAN

PARIS (Reuters) - Le président de la commission des finances du Sénat, Philippe Marini, s'alarme de nouvelles sanctions américaines contre l'Iran qui vont selon lui affecter durement les groupes automobiles français.

Dans une tribune transmise mercredi à Reuters, il appelle les autorités françaises à obtenir de la présidence des Etats-Unis une exemption pour la France ou l'engagement que les mesures prévues ne seront pas mises en oeuvre à son encontre.

Evoquant le texte "13645" du 3 juin qui prévoit ces sanctions, il juge que la forte présence de l'automobile française en Iran "la place inévitablement au premier rang des victimes de cette mesure".

"Les conséquences de ces sanctions pourraient être dévastatrices pour la filière automobile française", poursuit-il.

"Plusieurs dizaines d'équipementiers ou fabricants de pièces automobiles risquent de ne plus pouvoir exporter ou fournir leurs produits ou services", ajoute Philippe Marini. "Une telle baisse d'activité pourrait entraîner des fermetures de sites appartenant à des entreprises contrôlées par des groupes étrangers avec des effets redoutables à très court terme sur l'emploi" en France.

Il souhaite en conséquence que les autorités françaises saisissent "de toute urgence" la présidence américaine pour s'assurer que le secteur automobile français sera épargné.

Les ventes mondiales de PSA Peugeot Citroën ont été plombées en 2012 par ses faibles performances européennes, mais aussi par l'arrêt complet de ses exportations de véhicules en kit à destination de l'Iran, son deuxième marché en volume avec environ 400.000 véhicules par an.

Jean-Baptiste Vey, avec Gilles Guillaume, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marshaka le mercredi 26 juin 2013 à 14:35

    Et oui, les USA utilisent leur politique au service des entreprises, les français vont plier en Iran et demain nous aurons les marques américaines ou leurs amis japonais...