Philippe Lucas : «Les vrais PSG-OM, c'était avec Boli et Di Meco»

le
0
Philippe Lucas : «Les vrais PSG-OM, c'était avec Boli et Di Meco»
Philippe Lucas : «Les vrais PSG-OM, c'était avec Boli et Di Meco»

Même au bord du bassin de l'Aquapolis, le choc au sommet de la L1 Marseille-PSG fait parler. Philippe Lucas, lui ne s'émoustille pas plus que ça de la rencontre. La grande gueule de la natation française est un amoureux déçu du PSG. La passion de l'ex-mentor de Laure Manaudou s'est fortement diluée depuis que Paris nage dans les eaux - et l'argent - du Qatar.

Attendez-vous cet OM-PSG avec impatience ?

Philippe Lucas. Non. Les vrais OM-PSG, c'est quand il y avait Boli derrière, avec Di Meco qui avait coupé Fournier en deux (NDLR : PSG-OM, 0-1 en 1992-93). Là, c'étaient pas les mêmes, hein ? Ça n'a plus rien à voir...

Pourquoi cette désaffection du PSG ?

J'en suis resté au PSG à l'ancienne. J'étais au Parc en 1978 avec Baratelli dans les buts. Ah, les Susic, les Rocheteau et je t'en passe. Peyroche (NDLR : ex-entraîneur), c'est deux coupes de France. Et Monsieur Borelli (NDLR : président historique), c'était quelqu'un, toujours avec sa sacoche. Ah, quand il embrasse la pelouse (NDLR : en 1982)... Je suis quand même content qu'il y ait un Français qui entraîne cette équipe. Ça en fait au moins un.... Après, c'est bien qu'ils soient là pour l'argent, en haut de l'affiche. Mais Paris, ce n'est plus le Paris Saint-Germain. Il n'y a plus d'identité. (Sourire) Ils ont même pris un Anglais pour faire la pelouse.

«Aujourd'hui, si tu vas au Parc sans costard, c'est compliqué»

Les supporteurs du PSG ont-il eux aussi changé ?

Il y a toujours eu un super public. Mais, aujourd'hui, si tu vas au Parc et que t'es pas en costard, c'est compliqué. Le vrai supporteur qui aime Paris, c'est celui qui était à Sochaux quand ils ont failli redescendre et qu'ils gagnent 2-1 et se sauvent à la dernière journée (NDLR : 17 mai 2008). Aujourd'hui, tu vois des mecs dans le carré VIP, tu as l'impression qu'ils ont découvert le PSG il y a trois ans.

Depuis quand ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant