Philippe Gastal : "Si on pouvait éviter le grand huit…"

le
0
Philippe Gastal : "Si on pouvait éviter le grand huit…"
Philippe Gastal : "Si on pouvait éviter le grand huit…"

Avec le derby programmé à 21 heures, le musée des Vert, inauguré en décembre 2013, va dépasser aujourd'hui le cap des 60 000 visiteurs. L'occasion de donner la parole à son conservateur, Philippe Gastal, un homme estampillé historien des Verts, pour un petit voyage riche en anecdotes.
Philippe Gastal, vous êtes le conservateur du musée des Verts. Quelles pièces majeures de ces temps forts que sont les derbys peut-on retrouver sur place ? Pour chaque réception à Geoffroy-Guichard, nous faisons une vitrine spéciale. En l'occurrence pour aujourd'hui, on retrouve une Une de France Football de 1964 avec Rachid Mekhloufi en pleine action, dans un derby important dans l'histoire : deux équipes bien placées au classement, un record d'affluence battu, tout comme pour celui de la recette, qui datait d'un match de Coupe d'Europe contre les Rangers sept ans plus tôt. La victoire des Verts (2-1) allait les propulser vers leur deuxième titre de champion. Lyon avait pourtant une belle équipe avec Nestor Combin et allait rencontrer le Hambourg d'Uwe Seeler en quarts de finale de Coupe des coupes. On a aussi un billet personnel d'un match de décembre 1978, que l'ASSE avait gagné 3-0, avec un premier but signé Bernard Lacombe. ( ) D'ailleurs, celui-ci avait du mal à marquer et Piazza lui avait promis que s'il y arrivait contre Lyon, il lui cirerait les chaussures le reste de la saison. Et la troisième pièce, hautement symbolique, c'est le programme du dernier match remporté à la maison face à Lyon, le 6 avril 1994, où Gérald Passi fait la une. Si on nous avait dit à l'époque ce qui nous attendait C'était le dernier match de Joseph Antoine Bell, et son homologue Pascal Olmeta s'était rasé pour ne laisser que le numéro 1 derrière le crâne. Sinon dans le musée, on retrouve également une vitrine derby avec le fanion du centième rendez-vous du 25 septembre 2010, et les unes de L'Équipe rattachées. La veille, le titre était "Qui c'est les plus forts ?" Et le lendemain, le "C'est les Verts" avait permis l'une des plus fortes ventes sur les dernières années.
Vous êtes considéré comme la mémoire vivante de l'ASSE, que vous avez vue pour la première fois lors de la finale de la Coupe de France 1970, où Nantes avait été balayé (5-0) à Colombes. Quid du premier derby ? C'était quelques semaines plus tard, le 3 octobre 1970, après un match de Coupe d'Europe contre Cagliari. Il n'y avait pas grosse affluence. Le match s'était conclu par une victoire 1-0. Je m'en rappelle avec les yeux d'un gamin de 9 ans. Voir Salif Keita, Bosquier, Carnus, Larqué, Bereta, Revelli Je me souviens du but de la...

Philippe Gastal, vous êtes le conservateur du musée des Verts. Quelles pièces majeures de ces temps forts que sont les derbys peut-on retrouver sur place ? Pour chaque réception à Geoffroy-Guichard, nous faisons une vitrine spéciale. En l'occurrence pour aujourd'hui, on retrouve une Une de France Football de 1964 avec Rachid Mekhloufi en pleine action, dans un derby important dans l'histoire : deux équipes bien placées au classement, un record d'affluence battu, tout comme pour celui de la recette, qui datait d'un match de Coupe d'Europe contre les Rangers sept ans plus tôt. La victoire des Verts (2-1) allait les propulser vers leur deuxième titre de champion. Lyon avait pourtant une belle équipe avec Nestor Combin et allait rencontrer le Hambourg d'Uwe Seeler en quarts de finale de Coupe des coupes. On a aussi un billet personnel d'un match de décembre 1978, que l'ASSE avait gagné 3-0, avec un premier but signé Bernard Lacombe. ( ) D'ailleurs, celui-ci avait du mal à marquer et Piazza lui avait promis que s'il y arrivait contre Lyon, il lui cirerait les chaussures le reste de la saison. Et la troisième pièce, hautement symbolique, c'est le programme du dernier match remporté à la maison face à Lyon, le 6 avril 1994, où Gérald Passi fait la une. Si on nous avait dit à l'époque ce qui nous attendait C'était le dernier match de Joseph Antoine Bell, et son homologue Pascal Olmeta s'était rasé pour ne laisser que le numéro 1 derrière le crâne. Sinon dans le musée, on retrouve également une vitrine derby avec le fanion du centième rendez-vous du 25 septembre 2010, et les unes de L'Équipe rattachées. La veille, le titre était "Qui c'est les plus forts ?" Et le lendemain, le "C'est les Verts" avait permis l'une des plus fortes ventes sur les dernières années.
Vous êtes considéré comme la mémoire vivante de l'ASSE, que vous avez vue pour la première fois lors de la finale de la Coupe de France 1970, où Nantes avait été balayé (5-0) à Colombes. Quid du premier derby ? C'était quelques semaines plus tard, le 3 octobre 1970, après un match de Coupe d'Europe contre Cagliari. Il n'y avait pas grosse affluence. Le match s'était conclu par une victoire 1-0. Je m'en rappelle avec les yeux d'un gamin de 9 ans. Voir Salif Keita, Bosquier, Carnus, Larqué, Bereta, Revelli Je me souviens du but de la...
...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant