Philippe Berthelot (Axa IM) : « 2009 sera l’année des obligations privées »

le
0
Pour 2009, le marché obligataire privé offre le couple rendement/risque le plus attractif selon Philippe Berthelot, responsable de la gestion monétaire et crédit Europe chez Axa Investment Managers.

Pourquoi faudrait-il privilégier aujourd’hui le marché du crédit obligataire au détriment des actions qui après avoir beaucoup baissé présentent actuellement des perspectives attrayantes ?

Philippe Berthelot : Le choix est assez simple et il existe peu d’alternatives. Nous sommes dans un environnement où les principales banques centrales (FED, BCE et Bank of England) ont été amenées à baisser leurs taux à des niveaux proches de zéro. Les placements monétaires offrent donc des rendements très faibles. Lié aux soubresauts de l’inflation, le taux du Livret A actuellement à 2,5% devrait être à nouveau révisé à la baisse d’ici la fin de l’année. De même, l’assurance-vie rapporte en moyenne 4,5%, l’immobilier propose des revenus aléatoires et le point bas ne sera atteint qu’en fin d’année ou au début 2010. Enfin, les actions proposent environ 5 à 6% de rendement moyen mais de façon très aléatoire, soit un rendement proche d’un placement obligataire alors que ce dernier offre beaucoup moins de volatilité. La rentabilité actuelle des obligations d’entreprises culmine à un niveau jamais atteint depuis 1929 !

Certes mais l’environnement reste très négatif. Les risques de défaut continuent d’augmenter, ce qui implique une grande prudence...

P.B : Oui, il y a une remontée du taux de défaut, Moody’s voit une augmentation de ce taux à 15,1% contre 4% en 2008. Bien sûr que l’environnement va être pénalisé par ce phénomène et plus globalement par la détérioration généralisée de la qualité du crédit qui se traduit par une accélération des abaissements de note, mais du point de vue du couple risque/rendement, la classe crédit est hors catégorie.

Et vous, quel est votre scénario macroéconomique pour 2009 ?

P.B : Nous ne croyons pas à un scénario de grande dépression mais à une récession sévère (PIB en recul en 2009 de 1,6% en Europe et de 2% aux Etats-Unis). Nous anticipons plutôt une timide reprise au deuxième semestre, un scénario en V mais pas un cataclysme macroéconomique de type 1929. Le chômage va continuer d’augmenter dans les prochains mois, la récession est dure mais les marchés ont déjà largement anticipé cette situation.

Comment jouer la thématique obligataire en 2009 ?

P.B : Cette classe d’actifs nécessite d’être gérée par des professionnels. Nous proposons une approche diversifiée privilégiant les secteurs défensifs à court terme et un profil de risque plus offensif à moyen terme. Axa WF Euro Credit Investment Grade est investi en titres de créances "investment grade" libellés en euros. Il a été lancé en août dernier, sachant que beaucoup de caisses de retraites ont l’obligation d’investir uniquement sur de l’investment grade (émetteurs d’obligations notés au minimum BBB- par opposition aux obligations high yield). Pour les investisseurs ayant moins d’aversion au risque, nous proposons le fonds Axa WF Euro Credit Plus. L’objectif de ces fonds est de surperformer le Merrill Lynch EMU Corporate.

Avec quels types de valeurs à privilégier ?

P.B : Comme nous sommes en présence d’une récession globale synchronisée, nous privilégions les secteurs défensifs : utilities, télécoms, distribution alimentaire etc. Nous sous-pondérons aussi le secteur automobile.

Y a t-il beaucoup d’émissions sur le marché obligataire depuis le début de l’année ?

P.B : Janvier a été le mois le plus actif depuis la création de l’euro ! Il y a eu 50 milliards d’euros d’émissions brutes, soit trois à quatre fois le volume mensuel classique. L’émission de Carrefour avec un spread de 525 points de base a été placée en vingt minutes ! Nous avons participé récemment à des émissions comme celle de Coca Cola (échéance 2014), valeur défensive alimentaire, ou encore celle de l’opérateur télécoms Verizon (échéance 2011). La demande n’a jamais été aussi forte sur cette classe d’actifs et beaucoup d’émissions sont attendues cette année, notamment sur le secteur des télécoms et des utilities.

Propos recueillis par Julien Gautier


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant