Philippe Bana est confiant après le bon début d'Euro de l'équipe de France de handball

le
0

Philippe Bana, qu'avez-vous pensé du match contre la Pologne, remporté 28-27 par la France mercredi ? Ce n'était pas un match de rigolos? C'était un match vraiment référent, un vrai combat de titans défensif. C'est vrai qu'on est habitué à se dire « allez, la France du handball, ils vont nous faire une médaille ? » Aujourd'hui on est dans une position d'outsider, Claude Onesta l'a répété, les joueurs se sont mis dans cette peau-là. Et petit à petit, ils bâtissent leur mur en mettant une brique après l'autre. Hier (mercredi), la brique pesait lourd? L'?il de Cédric Sorhaindo gonflé avec une cornée éraflée, il s'en souvient encore. Il y a eu des combats de titans et c'est vraiment un match qui a donné du courage à l'équipe de France parce qu'elle sent qu'elle peut faire des choses comme ça contre des grands d'Europe et du coup, petit à petit, elle construit sa confiance.

Comment va Cédric Sorhaindo ? Il est à un mètre de moi, il a la poche de glace encore sur les yeux, il a mis le bandeau pour que ça tienne et surtout il essaie de faire dégonfler tout ça. L'objectif est de jouer demain (vendredi) contre les Serbes. C'est vraiment un combat contre le temps pour qu'il puisse retrouver son ?il droit en bon état. Et surtout le choc a été important. Mais bon, tout le monde le chambre et lui dit « Tu vas y arriver, bouge-toi un peu ! ».

La bonne nouvelle en revanche, c'est que la jeune génération répond présent? Oui, la jeune génération a compris qu'elle n'était pas là que pour décorer. Ils commencent à être là, les Igor Anic, Valentin Porte, qu'on hésite encore à faire rentrer contre la Serbie ou à retarder encore un petit peu pour être performant au second tour? Ils ont tous compris qu'ils allaient vers les Olympiques de Rio avec une nouvelle équipe. Ils prennent le pouvoir, le partagent bien sûr avec les grands frères, mais ils sont dedans, ils ont compris que c'était leur tour.

« Karabatic, c'est le boss ! »

Cyril Dumoulin a été énorme dans les buts également? Oui, à un niveau qu'on n'espérait pas ! On a tellement l'icône Omeyer en tête, dont on attendait impatiemment qu'il revienne. On s'est dit que tant qu'il n'était pas là il fallait meubler le temps.  Il n'a pas meublé le temps, Cyril Dumoulin, il a meublé la cage. Il a construit un petit mur et, en seconde mi-temps, quand on commence à baisser la tête, il nous a fait redresser la tête avec ses arrêts, et toute l'équipe est repartie en se disant « Ca y est, il y a quelqu'un derrière, on peut y aller ! » et ça c'est vital pour une équipe.

On parle beaucoup des jeunes, mais Niko Karabatic (29 ans) est toujours en pleine forme? C'est le boss ! Il arrive d'Espagne, pas très fatigué par le championnat espagnol, il s'est investi à 100%  dans cette compétition de l'Euro. C'est le leader, il a pris un petit peu cette responsabilité du leadership, son rayonnement sur l'équipe est fort. Et surtout il paie le prix. Il paie le prix physique, il paie le prix tactique, il va au charbon quand ça va mal, il attaque, il défend? C'est impressionnant

Avez-vous une explication au 0/6 de Daniel au tir ? Il n'a pas de réussite au début donc il s'est un peu étiolé tout au long du match, il refait une bonne passe à la fin. C'est quelqu'un qu'il faut calculer sur l'Euro, c'est-à-dire que pendant les money-times, quand l'équipe de France va avoir à gérer une place en demi-finale ou mieux, vous allez voir, il va retrouver son surnom d' « Air France », il va commencer à survoler les défenses.

« Les Danois veulent nous éviter comme la peste »

Arriver au tour principal avec un max de points, c'est indispensable ? C'est sûr que si tu rentres au deuxième tour avec quatre points, ce n'est pas la même limonade, il faut gagner un ou deux matchs sur les trois pour être en demie, l'état d'esprit n'est pas le même, tu es conquérant, les autres ont peur de toi? Tu as esquinté des gens qui vont à leur tour esquinter les autres. Le match contre la Serbie est vital. Il est vital aussi parce que les Serbes se sont fait châtier par les Russes, donc un Serbe énervé en vaut deux? Ca va être une bonne partie !

La France fait partie des favoris de cet Euro, quand même ? Franchement non parce qu'on est venu au départ sans Omeyer, avec un Jérôme Fernandez cassé, avec un Delporte qui ne mettait pas le pied sur le terrain. Kévynn Nyokas fait un malheur mais ce n'était pas écrit au départ? Aujourd'hui effectivement on fait un très beau début, si demain on fait ce résultat contre la Serbie, peut-être qu'on va rentrer avec un costume un peu plus léger à porter et que ce sera un peu plus simple. Pour l'instant on essaie de garder cet état d'esprit, c'est celui-là qui construit les champions.

Comment êtes-vous accueillis au Danemark ? En tant que favoris ou en tant que menace ? Les Danois ont choisi une autre partie du tableau, ils veulent nous éviter comme la peste, les dernières oppositions de ces dernières années sont entrées dans les mémoires avec le Mondial 2011 et ses prolongations qui n'en finissent pas où on finit par gagner? Ils ont voulu marquer leur emprunte à Bercy (lors de la Golden League). Tout le monde rêve de se retrouver pour une vraie explication entre l'équipe qui a dominé la dernière olympiade et celle qui devrait dominer la prochaine. Mais on n'est pas là pour se faire oublier.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant