Phil Jagielka, le totem d'Everton

le
0
Phil Jagielka, le totem d'Everton
Phil Jagielka, le totem d'Everton

Prolongé la semaine passée par Everton, Phil Jagielka est depuis 2007 l'un des favoris des supporters des Toffees. Au point d'être quasiment considéré comme un gars du cru, au même titre que Leighton Baines.

Anfield, 27 septembre 2014, pour un énième derby de la Mersey. Liverpool tient sa victoire alors qu'il ne reste que quelques secondes de jeu. À la suite d'un ballon dégagé approximativement par la défense, Phil Jagielka s'élance et balance une mine du droit sous la barre de Mignolet. Everton vient d'arracher un nul inespéré et Jagielka de répondre aux critiques, lui qui, après un Mondial 2014 frustrant, a perdu sa place de titulaire chez les Trois Lions et vécu un début de saison compliqué avec les Toffees. Alors qu'il assurait quelques jours avant que Jagielka était susceptible de goûter du banc si sa méforme s'éternisait, coach Roberto Martínez fait désormais l'éloge de la force de caractère de son défenseur central. Huit mois plus tard, ce dernier sera élu joueur de l'année d'Everton, épilogue d'une saison "frustrante" selon l'intéressé, mais révélatrice de son importance dans le second club de Liverpool : quand Jagielka se grippe, c'est tout Everton qui se refroidit. Quand Jagielka va bien, les Toffees ont des allures de prétendants au Big Four. Si bien que le club a eu la bonne idée de prolonger son contrat jusqu'à 2018. "Ce n'est pas la plus longue négociation de tous les temps" a-t-il confié au Guardian. "Cela n'a pris que quelques minutes et non des heures. J'aime cet endroit, je veux y rester et heureusement le club voit les choses de la même manière" a précisé le joueur, arrivé en 2007 en provenance de Sheffield United pour 4 millions de livres.

Quand Arsenal le voulait en 2011


S'il n'a pas bougé depuis maintenant huit ans, ce n'est pas faute d'avoir eu des prétendants, comme Arsenal qui avait offert 12 millions en 2011, alors qu'Everton refusait de négocier en dessous de 20. Avec près de 40 sélections pour l'Angleterre, une présence à l'Euro 2012 (sans jouer) et au Mondial 2014, Jagielka fait partie des meilleurs joueurs anglais à ne pas avoir goûté à la Ligue des champions. Un paradoxe pour celui que David Moyes, alors manager d'Everton, présentait comme un futur capitaine de l'équipe nationale en 2011.

Chez les Toffees, le discret Jagielka assume le rôle depuis le départ à la retraite de Phil Neville en 2013, bien aidé par ses 300 matchs sous le maillot bleu et un statut de pilier depuis de nombreuses saisons. En sélection, il a beau avoir eu les faveurs de Roy Hodgson après l'Euro 2012…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant