Phelps heureux comme un poisson dans l'eau

le
0
Phelps heureux comme un poisson dans l'eau
Phelps heureux comme un poisson dans l'eau

A cinq mois des Jeux Olympiques de Rio, Michael Phelps a expliqué comment il avait retrouvé la joie de vivre quelques mois après avoir été suspendu par la Fédération américaine.

Michael Phelps (30 ans) nage dans le bonheur. Cette semaine, le sportif le plus titré de l’histoire olympique (18 médailles d’or) s’est exprimé en conférence de presse à cinq mois des Jeux Olympiques de Rio. Et il a surtout voulu montré combien il était heureux aujourd’hui, alors qu’il gagnait tous les années précédentes : « Durant toute ma carrière, j'allais d'une compétition à une autre, d'un Championnat à un autre, d'un record à un autre. Et pour la première fois, j'ai pu me retourner et regarder ce que j'avais accompli dans ma carrière. J'ai réalisé que je pouvais être fier de moi », a-t-il expliqué selon l'AFP.

Il faut dire que depuis les J.O. de 2012, où il avait gagné quatre titres, sa vie a été plutôt mouvementée. Il a d’abord pris une pause, « j'étais carbonisé, je ne voulais plus entendre parler de natation, d'entraînement », avant de reprendre en 2014. Mais il est alors interpelé pour la deuxième fois de sa carrière pour conduite en état d’ivresse. Il a beau être une star, sa Fédération ne lui fait pas de cadeau et lui inflige une suspension de six mois.

« J'ai faim, je ne laisse rien au hasard »

 

Déprimé au point de songer au suicide, il fait ensuite une cure de désintoxication. « Ce que j'ai vécu a été difficile. On me demande souvent si je voudrais changer quelque chose dans tout ce qu'il m'est arrivé. Non, car tout arrive pour une raison, ces expériences m'ont permis de mûrir. Ma vie maintenant est plus libre, plus heureuse, comme si un poids énorme avait disparu de mes épaules ».

Aujourd’hui marié à une ancienne Miss Californie, et il assure désormais ne plus toucher une goutte d’alcool et se prépare à gagner de nouveau lors des prochains Jeux Olympiques : « J'ai faim, je ne laisse rien au hasard, à l'entraînement, je veux régler les petits trucs qui font la différence entre gagner une médaille d'or et la perdre ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant