Phase de consolidation pour le CAC 40

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - À 12H14, l'indice CAC 40 perdait 35,99 points à 3.926,76 points, dans un volume d'échanges de 977 millions d'euros.

La veille, il avait progressé de 1,01%.Selon Franklin Pichard, directeur de Barclays Bourse, "l'indice commence à montrer certains signaux d'essoufflement".

"Le marché reprend son souffle" après la progression enregistrée depuis le début du mois, confirme de son côté Xavier de Villepion, vendeur d'actions à Global Equities.

Selon lui, la cote parisienne souffrait également dans le sillage du Dax, l'indice phare de la Bourse de Francfort, qui se repliait sous l'effet de résultats "surtout de mauvaise qualité", selon M. de Villepion, à l'image du chimiste BASF.

"En plus du flot ininterrompu de publications d'entreprises", les demandes hebdomadaires d'allocations chômage (14H30) et les commandes de biens durables pour juin (14H30) aux Etats-Unis "apporteront du relief cet après-midi", prévoit par ailleurs Matt Basi, analyste à CMC Markets.

En Europe, les investisseurs ont pris connaissance d'une accélération de la reprise économique britannique au deuxième trimestre avec une croissance de 0,6% du produit intérieur brut (PIB), d'après une première estimation. Un chiffre qui a toutefois entraîné "une réaction limitée chez les investisseurs", selon M. Basi.

Il en a été de même pour l'indice Ifo, principal baromètre de la confiance des entrepreneurs allemands, qui a enregistré une hausse plus marquée qu'attendu en juillet.

Par ailleurs, le chômage a baissé en Espagne au deuxième trimestre, pour la première fois en deux ans, le taux restant toutefois à un niveau très élevé, à 26,26%.

Le marché devait surtout digérer une salve de publications d'entreprises.

Du côté des valeurs, TF1 s'envolait (+9,89% à 11,66 euros) après avoir confirmé son objectif annuel de chiffre d'affaires et en dépit d'un repli de la rentabilité et de l'activité au premier semestre

Le secteur automobile évoluait en ordre dispersé. L'équipementier Plastic Omnium (+7,04% à 47,26 euros) profitait d'une hausse de ses bénéfices semestriels, contrairement à Faurecia (-5,47% à 19,27 euros), qui a vu ses bénéfices fondre. MGI Coutier grignotait quant à lui 0,18% à 60,11 euros, malgré une légère baisse de son chiffre d'affaires au premier semestre.
De leur côté, les constructeurs Peugeot PSA Citroën (-2,55% à 8,45 euros) et Renault (-1,82% à 58,27 euros) étaient mal orientés.

Enfin, Michelin dégringolait (-4,55% à 73,42 euros), pâtissant de bénéfices et ventes en baisse au premier semestre.

Cap Gemini était bien placé dans l'indice CAC 40 (+1,19% à 41,33 euros), profitant de la publication d'un bénéfice net en hausse de 31% au premier semestre.

De son côté, Areva plongeait (-3,62% à 13,17 euros) après avoir publié un résultat net à l'équilibre au premier semestre.

Casino Guichard était en hausse (+1,67% à 78,10 euros), profitant d'un bénéfice net de 594 millions d'euros au premier semestre, multiplié par plus de quatre.

Capgemini progressait (+1,18% à 41,33 euros) dans la foulée d'un bénéfice net en hausse de 31% au premier semestre.

Saint-Gobain (+1,56% à 34,51 euros) ne souffrait pas en dépit d'un plongeon de son bénéfice net au premier semestre.

Du côté des baisses, Orange (-4,35% à 7,41 euros) pâtissait d'une chute de son bénéfice net semestriel.

Nexans (-4,06% à 39,02 euros) reculait après être passé dans le rouge au premier semestre.

Dassault Systemes, qui a relevé ses objectifs pour 2013 après la publication d'un chiffre d'affaires en hausse de 4% au premier semestre, reculait de 3,06% à 97,42 euros.

De son côté, Thales perdait 3,34% à 36,93 euros.


Enfin, Sequana dévissait (-9,77% à 5,82 euros), Spir Communication était à la peine (-6,61% à 8,62 euros) après s'être enfoncé dans le rouge au premier semestre 2013. Groupe Crit (-0,26% à 18,85 euros) et Synergie (+0,95% à 9,60 euros) évoluaient en ordre dispersé.

Le Revenu, avec AFP

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant