Phantom : l'ovni haut de gamme de Devialet

le , mis à jour à 07:00
3
Phantom : l'ovni haut de gamme de Devialet
Phantom : l'ovni haut de gamme de Devialet

Des centaines de watts dans une petite enceinte de 12 kg. C'est le tour de force qu'a accompli une véritable star de la start-up à la française. Son nom circule sur les lèvres de tous les passionnés de hi-fi et de haute technologie : Devialet. Son produit : la Phantom. 30 000 exemplaires déjà vendus, à 1 690 € pièce. Un design digne de « Star Wars », une technologie ultra-innovante et un son à couper le souffle. Sa nouvelle version, la Gold, disponible en septembre pour 900 € de plus, fait déjà le buzz. « La première fois que j'ai entendu ça, raconte Quentin Sannié, 53 ans, l'un des trois cofondateurs, c'était en 2006 sur le prototype qu'avait développé Pierre-Emmanuel Calmel. Il travaillait dans un laboratoire de recherche et s'était mis en tête, à ses heures perdues, d'inventer l'ampli parfait. » C'est le choc. La qualité de la restitution du « Concerto pour piano n° 13 » de Mozart est telle qu'il en a les larmes aux yeux. Avec un troisième associé, Mathias Moronvalle, ils fondent Devialet dès l'année suivante. Un premier ampli haut de gamme est lancé dès 2010. C'est en 2015 que naît leur produit phare : la fameuse enceinte sans fil Phantom, capable de restituer un volume sonore de 99 décibels avec une qualité inégalée pour une enceinte sans fil. Le tout dans un volume à peine plus gros qu'un casque de moto. Son succès permet à Devialet de réaliser un chiffre d'affaires de 33 MEUR. Et l'entreprise de 200 salariés compte sur les premières ventes de la Gold pour en réaliser le double cette année. « Pour se faire entendre, sans jeu de mots, dans un marché ultra-concurrentiel comme celui de la hi-fi, il faut adopter une stratégie qui repose sur des atouts que les concurrents n'ont pas, explique Quentin Sannié. Dans notre cas, c'est la technologie, et un produit unique conçu avec pas moins de 102 brevets déposés. Pas la peine d'affronter les plus forts avec leurs armes. Il faut être inventif ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar il y a 7 mois

    Mais l'interet ne se trouve pas dans la recherche des décibels, l'interet c'est la qualité du son, le décibel, ça n'est que le rendement et dans ce domaine beaucoup d'enceintes font déjà très bien. Si le but était d'aligner le plus de décibels possibles, le résultat c'est la surdité, aucun interet donc.

  • bearnhar il y a 7 mois

    Pour écouter du rap, un format MP3 massacré suffit, plus de graves, plus d'aigus, et maintenant la mode de leurs voix en métal insupportables, ça suffit amplement pour écouter ce qui n'est pas de la musique mais de l'éructation, du borborygme.

  • quoa il y a 7 mois

    pas mal pour ecouter du rap