Pfizer relève son offre sur AstraZeneca

le
0
PFIZER RELÈVE SON OFFRE SUR ASTRAZENECA
PFIZER RELÈVE SON OFFRE SUR ASTRAZENECA

LONDRES (Reuters) - Le géant pharmaceutique américain Pfizer a annoncé dimanche soir qu'il relevait son offre d'OPA sur le britannique AstraZeneca à 55 livres sterling par action et que cette proposition était définitive et ne serait pas sujette à une nouvelle évaluation.

Selon le Financial Times, qui dit s'appuyer sur des sources proches du dossier, AstraZeneca pourrait rejeter lundi cette nouvelle offre, jugée encore insuffisante par ses dirigeants.

Le montant global du projet d'acquisition s'établit à 69,3 milliards de livres sterling (116,6 milliards de dollars) avec une révision à la hausse de la part des liquidités qui représenteront 45% du total.

Pfizer précise que cette hausse substantielle de son offre équivaut à environ 15% de plus que la valeur actuelle de la proposition qui avait été faite le 2 mai et avait été rejetée par AstraZeneca.

L'entreprise britannique avait décliné la précédente offre faite à 50 livres sterling par action, estimant que la proposition constituait une sous-évaluation substantielle.

L'offre faite le 2 mai s'élevait à un total de 106 milliards de dollars, soit plus de 77 milliards d'euros.

Avec cette proposition réévaluée, Pfizer espère entamer des négociations avec AstraZeneca et avait jusqu'au 26 mai, date butoir pour la présentation de son offre de reprise suivant la législation britannique.

Le géant américain, qui cherche grâce à cette reprise à créer le premier groupe pharmaceutique mondial, a précisé qu'il n'y aurait pas de proposition supplémentaire si celle-ci est également rejetée. Pfizer entend conserver le siège de la nouvelle structure à New York mais avoir son domicile fiscal en Grande-Bretagne.

Pfizer précise que son OPA n'est pas hostile et que son offre respecte la recommandation du directoire d'AstraZeneca.

Deux sources bancaires avaient estimé dans la journée que 55 livres serait le "nombre magique" pour espérer conclure un accord.

Des ministres suédois ont engagé vendredi une offensive contre le projet de Pfizer dont près de 6.000 salariés se trouvent en Suède.

Soulignant les risques pour l'emploi et la recherche, les ministres des Finances Anders Borg, de l'Industrie Annie Loof et de l'Education Jan Bjorklund ont tous trois jugé que les actionnaires d'AstraZeneca devraient "sérieusement envisager de rejeter" le projet de Pfizer à moins d'être sûrs de son impact.

(Ben Hirschler; Pierre Sérisier et Simon Carraud pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant