Pfizer envisagerait une OPA sur AstraZeneca

le
1
PFIZER ENVISAGERAIT DE FAIRE UNE OFFRE SUR ASTRAZENECA
PFIZER ENVISAGERAIT DE FAIRE UNE OFFRE SUR ASTRAZENECA

LONDRES (Reuters) - Le géant américain de la pharmacie Pfizer a approché son concurrent AstraZeneca pour lui proposer de le racheter pour 60 milliards de livres sterling (101 milliards de dollars ou 73 milliards d'euros), rapporte le Sunday Times.

Le journal dominical londonien, qui cite des sources haut placées au sein de banques d'investissement et des sources du secteur, explique que des conversations informelles ont eu lieu entre les deux groupes mais qu'aucune négociation n'est en cours actuellement, AstraZeneca résistant aux approches de Pfizer.

Pfizer et AstraZeneca n'ont pas souhaité commenter ces informations.

Numéro deux du secteur au Royaume-Uni derrière GlaxoSmithKline, AstraZeneca a souvent été présenté comme une cible potientielle d'OPA en raison de l'expiration de bon nombre de ses brevets, qui suscite des interrogations sur sa croissance future.

Dans ce contexte, le groupe est en train de développer des médicaments expérimentaux contre le cancer qui pourraient intéresser Pfizer, lequel est lui aussi confronté à la tombée de certains brevets dans le domaine public, notamment celui de son anti-cholestérol Lipitor.

Les deux groupes travaillent de surcroît sur des projets communs tels que la mise au point d'une nouvelle méthode, plus rapide et moins coûteuse, pour les essais cliniques de traitements dans le domaine du cancer.

Pfizer a par ailleurs accumulé par le biais de ses filiales à l'étranger un important montant de cash qui serait lourdement taxé en cas de rapatriement aux Etats-Unis.

À LA RECHERCHE DE RELAIS DE CROISSANCE

Novartis et GlaxoSmithKline ont également été cités comme des acquéreurs potentiels d'AstraZeneca, encore que GSK ait assuré ne pas envisager d'acquisition majeure.

AstraZeneca, qui publiera jeudi ses résultats du premier trimestre, affiche une capitalisation boursière d'environ 47,7 milliards de livres, soit 80 milliards de dollars, contre 193 milliards de dollars pour Pfizer selon les données Thomson Reuters.

Le laboratoire anglo-suédois a vu son bénéfice reculer de 6% au quatrième trimestre 2013 et il prévoit une nouvelle contraction cette année du fait de l'arrivée d'une concurrence générique aux Etats-Unis pour le Nexium, son traitement vedette des brûlures d'estomac et ulcères.

L'anti-cholestérol Crestor, autre "blockbuster" d'AstraZeneca, verra lui aussi son brevet tomber dans le domaine public dans quelques années, rendant d'autant plus urgent la quête de nouveaux relais de croissance pour le groupe issu de la fusion du suédois Astra et du britannique Zeneca en 1999.

La dernière acquisition importante de Pfizer remonte à 2009 avec le rachat de son compatriote Wyeth pour 68 milliards de dollars.

(Stephen Eisenhammer, avec Ben Hirschler,; Marc Angrand et Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • STLI72 le dimanche 20 avr 2014 à 18:25

    Fini de nous parler de bulle !Les Majors sont gavés de cash - Enorme pour les biotechs gavées de molécules