Pfizer discuterait fusion avec Allergan pour créer un géant

le
0
PFIZER DISCUTERAIT FUSION AVEC ALLERGAN POUR CRÉER UN GÉANT
PFIZER DISCUTERAIT FUSION AVEC ALLERGAN POUR CRÉER UN GÉANT

NEW YORK/LONDRES (Reuters) - Le laboratoire américain Pfizer a engagé des discussions préliminaires avec Allergan, le fabricant du Botox, pour évoquer ce qui pourrait devenir la plus grosse OPA de l'année, rapportent le Wall Street Journal et le Financial Times.

Le rapprochement d'Allergan et de Pfizer aboutirait à la création d'une entité représentant une valeur boursière d'environ 330 milliards de dollars (301 milliards d'euros), prenant la place de numéro un dans le secteur de la santé à Johnson & Johnson et ses 278 milliards de dollars.

Selon les deux quotidiens financiers, les discussions en sont à un stade préliminaire et le Wall Street Journal précise qu'elles pourraient ne pas aboutir à un accord. Reuters n'a pas été en mesure de confirmer ces informations pour l'instant.

Un porte-parole de Pfizer a déclaré que le groupe "ne commente pas les rumeurs de marché et les spéculations". Allergan a également refusé de commenter cette information.

Pfizer a tenté infructueusement de prendre le contrôle d'AstraZeneca l'an dernier. L'offre du géant américain sur le groupe anglo-suédois était surtout motivée par une volonté d'optimisation fiscale par le biais d'un transfert du siège du groupe des Etats-Unis au Royaume-Uni. Un rachat du fabricant du Botox pourrait présenter le même type d'avantages, puisque son siège mondial est à Dublin et son siège administratif aux Etats-Unis.

Mais cette opération pourrait se heurter à la modification de la règlementation fiscale effectuée par les autorités américaines pour lutter contre cette pratique d'"inversion fiscale", qui a déjà provoqué l'abandon par le laboratoire américain AbbVie de son OPA sur l'irlandais Shire.

La reprise éventuelle d'Allergan permettrait à Pfizer de lutter contre l'érosion de ses ventes.

Pour Tim Anderson, analyste chez Bernstein, Allergan constitue une cible appropriée pour Pfizer, d'autant plus que la récente correction du marché l'a rendu attrayante en termes de valorisation.

En termes de produits, cette opération permettrait à Pfizer de se renforcer dans le domaine thérapeutique de la dermatologie et dans les génériques.

Le numéro un américain a également été décrit comme un acquéreur potentiel de GlaxoSmithKline et Shire.

Le secteur pharmaceutique est en pleine consolidation, les principaux acteurs du marché tentant de ce recentrer sur un nombre restreint d'activités qu'ils dominent tandis que les génériqueurs souhaitent se rapprocher de la taille critique et mettre la main sur des produits présentant des marges supérieures.

Allergan a fusionné en mars avec Actavis dans le cadre d'une opération d'un montant de 66 milliards de dollars. Il a ensuite vendu en juillet ses génériques à l'israélien Teva Pharmaceutical Industries pour 40,5 milliards de dollars.

(Natalie Grover et Christian Plumb à New York, Ben Hirschler et Deena Beasley à Londres, Myriam Rivet pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant