Peut-on «rater» une psychothérapie ?

le
0
La relation entre un patient et son psychothérapeute détermine souvent la réussite ou l'échec d'une thérapie. » INTERVIEW - «Le psy s'adapte en permanence à son patient»

Trois ans déjà ont passé et Céline, 50 ans, se souvient encore très bien du moment où elle a cessé de se rendre, une fois par semaine, dans le cabinet de son psychothérapeute pour des séances en face à face qui duraient 45 minutes. «Je n'en pouvais plus, j'avais l'impression qu'il dormait en m'écoutant tandis que je ressassais mon malaise au bureau, se souvient-elle. Un jour, n'en pouvant plus, je lui ai dit que j'arrêtais la thérapie, nous avons eu quelques entretiens de bilan... Et, dans un même élan, j'ai enfin trouvé le courage de quitter ce travail où je n'étais pas respectée!» Avec le recul, Céline reconnaît donc que cette thérapie n'était pas si stérile que cela, puisqu'elle lui a permis de se sortir d'une impasse professionnelle dans laquelle elle s'enlisait.

Pour la psyc...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant