Peut-être plus de 200 morts dans un naufrage en Méditerranée

le , mis à jour à 19:10
0

(Actualisé avec arrivée d'un bateau irlandais à Palerme, maire de Palerme) ROME, 6 août (Reuters) - L'espoir de retrouver des survivants s'amenuisait jeudi au lendemain du naufrage en mer Méditerranée d'un bateau transportant plusieurs centaines de migrants et le bilan de la catastrophe pourrait dépasser 200 morts. Les opérations de recherche se sont poursuivies toute la journée mais les bateaux qui y participaient ont reçu des appels à l'aide d'autres embarcations en difficulté dans la même zone. "Nous assistons à un génocide provoqué par l'égoïsme européen", a déclaré Leoluca Orlando, le maire de Palerme, à l'arrivée du bâtiment de la marine irlandaise LE Niamh, à bord duquel se trouvaient environ 370 survivants du naufrage de mercredi ainsi que 25 corps, dont ceux de plusieurs enfants. Leoluca Orlando, qui s'exprimait à la télévision italienne, a appelé les pays européens à empêcher de nouvelles tragédies et à accueillir un plus grand nombre de réfugiés fuyant la guerre. Des bâtiments des marines italienne et irlandaise et de l'organisation non-gouvernementale Médecins sans frontières (MSF) ont sauvé environ 400 personnes embarquées à bord du bateau qui a chaviré mercredi au large des côtes libyennes. On estime que le bateau pourrait avoir pris la mer avec jusqu'à 600 passagers. ID:nL5N10G3VB Les secouristes n'ont retrouvé aucun autre survivant jeudi. En fin de journée, des bâtiments italiens restaient dans la zone du naufrage pour poursuivre les recherches, a dit un porte-parole des gardes-côtes. D'après les premières estimations, 700 personnes se trouvaient à bord de l'embarcation, mais les témoignages de survivants, en majorité des Syriens fuyant la guerre civile dans leur pays, ont conduit à revoir ce chiffre à la baisse et il pourrait encore être réduit. LA MER CALME FAVORISE LES DÉPARTS Le bateau, qui transportait bien plus de personnes qu'il ne le pouvait en théorie, s'est retourné au moment où le LE Niamh s'en approchait, sans doute parce qu'un grand nombre de passagers en détresse se sont portés du même côté lorsqu'il ont vu ces secours arriver. Le bâtiment irlandais participe à la mission Triton de l'Union européenne. Jeudi, la mer était très calme, offrant des conditions idéales pour tenter la traversée de l'Afrique vers l'Europe, a constaté un photographe de Reuters à bord du Phoenix, un bateau privé utilisé par MSF et l'ONG Migrant Offshore Aid Station. Le Phoenix a répondu dans la journée à un appel de détresse émanant d'un bateau transportant environ 500 personnes, a-t-il précisé. Les gardes-côtes avaient secouru 381 personnes jeudi matin, un bâtiment de la marine italienne est venu à l'aide de 101 autres embarquées sur un grand canot pneumatique et l'Argos, un bateau de MSF, a porté secours à 87 personnes, selon des messages publiés sur Twitter. La marine italienne a dit avoir distribué des gilets de sauvetage à de "nombreux" migrants sur un autre bateau. Plus de 2.000 candidats à l'immigration et réfugiés sont morts depuis le début de l'année en tentant de gagner l'Europe via la Méditerranée, un chiffre à comparer à celui de 3.279 enregistré sur l'ensemble de l'an dernier, a annoncé mardi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). En avril, le naufrage d'un bateau transportant jusqu'à 800 personnes, le plus meurtrier depuis des décennies en Méditerranée, a suscité une vive émotion et conduit l'Union européenne à augmenter les moyens alloués au dispositif Triton. (Steve Scherer, avec Conor Humphries à Dublin, Philip Pulella à Rome, Darrin Zammit Lupi à bord du Phoenix; Simon Carraud et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant