Peur bleue à l'arrière

le
0
Peur bleue à l'arrière
Peur bleue à l'arrière

Une relance hachée par des dégagements pressés, un ballon qui cherche encore son maître et une répétition de duels qui ne tournent pas toujours à l'avantage des Bleus. Si la défense de Deschamps n'a encaissé que deux buts, sur penalty, l'arrière-garde française semble jouer avec la peur au ventre. Un problème de qualité ? Pas vraiment, non. Un problème de culture ? En partie, oui. Mais surtout un problème psychologique que l'Islande a hâte de venir chatouiller…

À l'heure où le trio Barzagli-Bonucci-Chiellini a roulé sur l'Euro au nom de la gloire de la tradition défensive italienne, difficile de ne pas repenser à l'équipe de France 98. Un bloc renforcé par les années de Desailly au Milan, Thuram à Parme, Blanc au Napoli, Deschamps et Zizou à la Juve, Djorkaeff à l'Inter, et tant d'autres. Des joueurs passés entre les mains de Fabio Capello, Marcello Lippi, Carlo Ancelotti ou encore Gigi Simoni. Près de vingt ans plus tard, en conséquence des bouleversements qu'a connus la hiérarchie financière des championnats européens dans les années 2000, les trois quarts des défenseurs titulaires des Bleus ont l'ADN de la Premier League dans leurs crampons : Sagna, Koscielny et Évra (et Lloris). Seul Rami n'a pas connu les espaces gigantesques de la première division anglaise, et Deschamps alignerait donc une formation 100% football anglais s'il choisissait Mangala pour le remplacer, si l'on accepte de considérer que le style d'Évra a plus été façonné à Manchester qu'à Marsala, Monza et Turin. Or, cette culture anglo-saxonne a une vraie influence sur le jeu des Bleus.

La culture Premier League et la normalisation de l'erreur défensive


Dans les colonnes de So Foot Club en cours de saison, Kurt Zouma s'était avancé sur les particularités tactiques de la phase défensive dans le football anglais, dressant le portrait d'une culture unique : "Le jeu est plus rapide parce qu'ici, en Angleterre, on ne pense pas à défendre de la même façon qu'en France. On pense à défendre, évidemment, mais différemment. En France, il faut défendre et ensuite peut-être attaquer. Ici, il faut faire les deux en même temps. Dès que t'as la balle, c'est une obligation d'aller vers l'avant pour aller marquer. C'est culturel. Tu récupères, tu attaques. Pas le choix." Une façon de penser alléchante, certes, mais qui se retrouve à des kilomètres de la philosophie conservatrice des Bleus de Deschamps. "En Angleterre, on dit qu'ils (les défenseurs, ndlr) ne savent pas défendre, je sais. Mais en fait, y a trop de spectacle ! À force de vouloir attaquer, toutes les équipes laissent des espaces. Et c'est pour ça que c'est aussi intéressant pour un défenseur. Parce que t'as tellement de situations à gérer ! T'as plus de duels, t'as des trois contre deux à gérer tout…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant