Peugeot SA : rebond des immatriculations en fin d'année

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - La hausse des immatriculations de voitures neuves en France en décembre profite aux valeurs de l'automobile, en particulier à PSA, dont le titre gagnait environ 1% à mi-séance.

Sans être aussi spectaculaires que celles de Renault (+37,9%), les immatriculations de véhicules neufs de PSA Peugeot Citroën n'en ont pas moins rebondi de 10,6% en données brutes, en décembre. Par comparaison, la totalité du marché français (175.336 véhicules) a progressé de 9,4%, selon les chiffres publiés par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Même si le mois dernier, les constructeurs ont bénéficié d'un jour ouvrable de plus, l'amélioration générale de la tendance du marché en données corrigées (+4,2%) témoigne sans doute d'un courant d'achats de voitures particulières suscité par la perspective d'un durcissement du malus des assurances-auto.

Il n'en reste pas moins qu'en 2013, les immatriculations de voitures neuves en France, ont baissé de 5% en données corrigées, après un recul de 14% en 2012, à moins de 2 millions de véhicules, déjà le plus bas niveau depuis quinze ans. L'an dernier, PSA n'a affiché que 650.714 immatriculations de véhicules légers, un recul de 7,2% supérieur à celui du marché français, la marque Peugeot (-5,2%) résistant toutefois mieux que Citroën (-7,2%).

Ces statistiques de décembre donnent la mesure de la tâche de Carlos Tavares, entré officiellement au directoire de PSA, le 1er janvier et appelé à succéder, cette année, à Philippe Varin. L'issue des négociations menées par l'actuel président du directoire en vue du remaniement complet de l'actionnariat du groupe automobile n'est pas encore connue. Le constructeur chinois Dongfeng et l'Etat français devraient devenir les premiers actionnaires de PSA, devant la famille Peugeot.

Dans une étude parue fin décembre, les analystes d'UBS estimaient que l'hypothèse la plus négative d'une augmentation de capital de 3,5 milliards d'euros n'était pas la plus vraisemblable. D'autres solutions telles que la cession de la participation de 57,4% dans l'équipementier Faurecia ou la vente partielle de la filiale Banque PSA Finance pourraient, selon eux, dispenser d'un tel appel de capitaux frais. La banque suisse a néanmoins réduit de 17 à 14 euros son objectif de cours de l'action PSA, soit tout de même un gain potentiel de 47% par rapport au cours du 23 janvier.

Conserver.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant