Peu de changement sur les marchés européens à la mi-séance

le
0
PEU DE CHANGEMENT SUR LES MARCHÉS EUROPÉENS À LA MI-SÉANCE
PEU DE CHANGEMENT SUR LES MARCHÉS EUROPÉENS À LA MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes affichent peu de changement mardi à la mi-journée et Wall Street est attendue dans le rouge dans les premiers échanges, sur fond de rechute des marchés chinois.

A 12h50, le CAC 40 reculait de 0,17% (8,28 points) à 4.976,55 points à Paris, le Dax grappillait 0,02% à Francfort et le FTSE cédait 0,56% à Londres, pénalisé par les minières. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,13% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro est inchangé.

La Bourse d'Athènes abandonne, elle, 1,38%, à la veille du vote du Bundestag sur le nouveau plan d'aide accordé à la Grèce.

Selon David Madden, d'IG à Londres, "les Bourses européennes suivent les signaux de la Chine, et les traders ont la nette impression que la deuxième économie mondiale se dirige vers un atterrissage brutal".

"Plus le gouvernement chinois intervient, plus les intervenants de marché veulent se débarrasser de leurs actions et se diriger vers la sortie. A Londres, on a l'impression que la fête est finie en Chine", ajoute-t-il.

Après trois séances consécutives de hausse, la Bourse de Shanghai a replongé mardi de plus de 6% et le yuan a reflué face au dollar, ravivant les inquiétudes sur une éventuelle volonté de Pékin d'accentuer la dépréciation de la monnaie chinoise en dépit des affirmations de la banque centrale écartant une telle perspective.

La perspective d'un prochain relèvement des taux par la Réserve fédérale pèse également sur les marchés et les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en recul.

Le billet vert reste stable face à un panier de devises de référence et l'euro est également peu changé face au dollar.

Les inquiétudes concernant le ralentissement de la croissance chinoise pèsent toujours sur les cours de matières premières. Ceux du pétrole restent orientés à la baisse et le contrat échéance trois mois sur le cuivre a touché un plus bas de six ans, à 5.020,0 dollars par tonne.

Les indices européens regroupant les valeurs liées aux ressources de base et les valeurs pétrolières enregistrent les deux plus fortes baisses sectorielles, en baisse d'environ 1%.

Quelques valeurs se distinguent dans un volume d'échanges relativement limité, dont le titre Lindt, en hausse de 3% après avoir touché un cours record après la publication d'un bénéfice semestriel supérieur aux attentes.

L'action de l'allemand RWE abandonne 2,4% après un abaissement de recommandation.

Le titre de l'allemand Wirecard affiche la plus forte progression du Stoxx 600 avec un gain de plus de 9%, après la publication de ses résultats détaillés du deuxième trimestre.

(Jamie McGeever et Lionel Laurent, Myriam Rivet pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant