Peu de buts à l'Euro 2016 : est-ce si surprenant ?

le
0
Un attaquant de classe mondiale comme Thomas Müller n'a toujours pas trouvé le chemin des filets à cet Euro 2016 (Reuters/Charles Platia).
Un attaquant de classe mondiale comme Thomas Müller n'a toujours pas trouvé le chemin des filets à cet Euro 2016 (Reuters/Charles Platia).

Tous les deux ans, à l'occasion d'un Championnat d'Europe des nations ou d'une Coupe du monde, les spectateurs et téléspectateurs s'attendent à de la qualité. Gâtés toute l'année de classicos hollywoodiens en Liga et de matches intenses de Premier League aux scores de baby-foot, ils se préparent à ce que les rendez-vous sportifs entre nations soient du même acabit. Mais ils ont oublié une chose essentielle. Depuis les années 2000, le football de sélection se déprécie au profit du football de club.

Cela se vérifie sur le terrain avec une moyenne de buts bien basse, évaluée à 1,83 après la première journée ? le plus faible ratio depuis l'Euro 1968 et qui est descendue même à 1,66 après le match Allemagne-Pologne (0-0). Cause principale, les équipes nationales subissent, à retardement, le contrecoup de l'arrêt Bosman qui date de 20 ans et qui permet aux clubs de disposer en nombre illimité des meilleurs éléments de l'Union européenne, toutes nationalités confondues. Les clubs ont alors gagné en puissance économique et jouissent désormais de la priorité des calendriers et de l'investissement des footballeurs. Les préparations des sélections sont de plus en plus courtes, baclées et hâchées avec des joueurs qui débarquent aux stages au compte-gouttes pour cause de finale de coupe d'Europe, de coupe nationale ou de convalescence prolongée.

La dictature du court...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant