Pétrole : une baisse temporaire ?

le
0
Une plateforme BP dans le golfe du Mexique. (© BP)
Une plateforme BP dans le golfe du Mexique. (© BP)

Le 9 juin, le cours du Brent a touché un plus haut de huit mois, à 52,86 dollars. En moins de cinq mois, il s’est envolé de 90%. Mais depuis quelques jours, le prix du pétrole décroche. Il est repassé sous la barre, symbolique des 50 dollars.

La perspective de voir le Royaume Uni quitter l’Union européenne (« Brexit ») se précise. Le referendum aura lieu le 23 juin prochain et certains sondages prédisent un vote en faveur de la sortie. La crainte du Brexit inquiète les marchés et le pétrole ne fait pas exception.

Une baisse liée à des raisons techniques

Le repli de l’or noir s’explique également pour des raisons techniques. Après l’impressionnante hausse de ces dernières semaines, rien d’étonnant à ce que le Brent accuse le coup. D’autant que son prix a été porté par plusieurs éléments exceptionnels : baisse de la production canadienne suite à d’importants incendies dans le pays, nombreux sabotages au Nigeria (perte de 250.000 barils/jour en mai), instabilité politique au Venezuela etc.

L’exploitation des sables bitumineux canadiens a commencé à reprendre et des négociations au Nigeria laissent espérer une normalisation de la situation. Enfin, en Libye – en sous-production depuis plusieurs années – des avancées politiques sont en cours et permettent d’envisager une stabilisation du pays. 

Dans le même temps, l’Iran

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant