Pétrole: tassement des barils malgré l'AIE.

le
0

(CercleFinance.com) - La morosité générale n'épargnait pas le pétrole mardi midi en Europe. A mi-séance, le baril de Brent de mer du Nord livrable en août perdait 1,4% à 49,6 dollars, le WTI américain d'échéance juillet reculant cédant 1,3% à 48,2 dollars.

Du côté des nouvelles fondamentaux, l'Agence internationale de l'Energie s'est livrée ce matin à son traditionnel point mensuel sur le marché de l'or noir. Il en ressort notamment qu'en mai, la perturbation de la production d'huile au Canada (par les incendies d'Alberta) et au Nigeria (par des attaques contre les installations) a réduit l'offre de presque 800.000 barils/jour, indique l'AIE. En dépit de la montée en puissance de l'Iran, les extractions de l'Opep (dont fait partie le Nigeria) ont ainsi reculé le mois dernier. De ce fait, l'extraction mondiale de pétrole de mai a baissé de 590.000 barils/jour en un an, à 95,4 millions de barils/jour.

Et surtout, l'AIE a relevé ses prévisions de progression de la demande pour 2016 (à + 1,3 million de barils/jour) après un premier quart de l'année mieux orienté que prévu (+ 1,6 million de barils/jour). L'année 2017 devrait de plus connaître un rythme de croissance similaire à celui de 2016 grâce aux pays émergents et à la faiblesse des prix du brut, pronostique l'organisation internationale.

Mais en dépit de ces prévisions fondamentalement plus optimistes, l'attention des opérateurs est ailleurs. Alors que le brut fait partie des actifs risqués de par sa sensibilité à la croissance économique, “l'évolution des marchés, toutes classes d'actifs confondues, reste influencée avant tout par les inquiétudes liées à la situation économique mondiale, à la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine et à l'incertitude quant à l'issue du référendum du 23 juin sur l'avenir européen du Royaume-Uni”, rappelle-t-on ce matin chez Barclays Bourse.

Selon les analystes, “les marchés jugent désormais quasi-nulle la probabilité d'un relèvement des taux de la Fed à l'issue de sa réunion de mardi et mercredi. En revanche, le Brexit semble devenir une possibilité que les marchés commencent à intégrer”.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant