Pétrole : pourquoi la chute des cours est une mauvaise nouvelle

le , mis à jour le
11
La baisse des prix du pétrole fait planer un risque de récession économique sur le monde entier.
La baisse des prix du pétrole fait planer un risque de récession économique sur le monde entier.

Depuis quelque temps, quand un automobiliste fait son plein à la station-service, il a (un peu) le sourire : le litre de gazole a perdu en cinq ans 20 % de sa valeur, pour tomber à environ 0,90 euro ces derniers jours. Même soulagement pour le patron qui paie sa facture d'énergie ou pour quiconque remplit sa cuve de mazout. En moins de deux ans, le baril de Brent est passé de quelque 110 dollars à moins de 30 (28 dollars le 19 janvier). Les pays importateurs de pétrole se frottent eux aussi les mains. La note globale de la chute des cours pourrait équivaloir, par rapport à un prix de 100 dollars, à une économie globale comprise entre 2 000 et 5 000 milliards de dollars d'ici à la fin de la décennie. « C'est un phénomène macroéconomique majeur, observe Patrice Geoffron, directeur du laboratoire d'économie de Dauphine (université Paris-Dauphine). La France bénéficiera, dans ce contexte, d'une « ristourne » de l'ordre de 20 à 25 milliards de dollars par an. » Une aubaine pour les comptes publics français, plutôt mal en point...

Mais la chute des cours du pétrole a aussi des effets pervers. La plupart des pays la craignent d'un point de vue macroéconomique, car elle peut accélérer la déflation, cauchemar de plusieurs économies européennes, dont la France. Certains pays sont aussi frappés très directement. C'est le cas des plus fragiles des exportateurs, très dépendants du niveau des cours. Le Venezuela est dans ce cas, tout...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • theedge1 le jeudi 21 jan 2016 à 13:29

    quand le petrole etait autour de 150$, les "experts" nous disaient que ca allait atteindre 200 vite, que les reserves s'epuiserait dans 10 a 15 ans max, que ca allait etre la fin du monde etc.Maintenant, a 25/30, les memes "experts" nous chantent la meme chose en sens inverse, mais predisent toujours la fin du monde, cata financiere monstre sur les marches patati patata...Il y a des plus et des moins a cette baisse bien sur, mais amha, les points positifs prendrons le dessus sur les negatifs

  • frk987 le jeudi 21 jan 2016 à 10:37

    N'oubliez pas non plus que toute l'exploitation de gaz de schistes rentable à 100 $ est l'objet de prêts bancaires, les boutiques font faillites, les dettes sont pour les banques, pour l'instant c'est essentiellement cantonné aux US. Mais connaissant les artistes, ils ont déjà du faire des super package de ces prêts junks et fourgué le tout à l'Europe, donc dans vos AV. On part pour une variante des subprimes !!!!!!

  • t_n_t le jeudi 21 jan 2016 à 09:51

    la baisse du petrole est corrélée a la baisse de la demande ou a la baisse de l'activité donc la baisse du petrole est bonne pour la relance de l'activité ou de la production

  • stochast le jeudi 21 jan 2016 à 09:14

    Si la chute des prix pétroliers était de nature à provoquer une spirale déflationniste, alors la flambée des cours du pétrole au cours des précédentes phases de montée aurait dû provoquer une très forte inflation. Or cela n'a pas été le cas. CQFD.

  • lorant21 le jeudi 21 jan 2016 à 09:13

    si on veut éviter la déflation, il suffit d'augmenter les taxes! et d'en profiter pour baisser les impôts.

  • alchris le jeudi 21 jan 2016 à 09:10

    Cette baisse montre surtout que toutes ces années où le baril valait plus de 30 dollars et pendant un moment à plus de 90 dollars, c'etait une manip pour qu'une minorité de personnes et de sociétés s'enrichissent sur le dos des Etats et des peuples.

  • p.chau28 le mercredi 20 jan 2016 à 19:45

    jusque là les pays producteurs ont bien profités du pértole cher. A coté de cela, nous, les pays consommateurs, avec les faibles croissances, nous avons augmentés nos dettes, a tel point qu'elles sont vertigineuses !!!Il ne faut pas s'inquiéter pour les pays producteurs, ils feront comme nous avons fait pendant des années, ils emprunteront !!!!

  • BARIL22 le mercredi 20 jan 2016 à 18:39

    De 1986 à 2002 le baril tournait autour de 20 Dollars, comment on-t-ils fait pour survivre ???? Il vrai que le tarif actuel sème la panique parmi les pourvoyeur la transition énergétique, discours hypocrite et fallacieux qui n'a d'autre but que trouver de nouvelle bases taxables pour l'avenir. Le fait est que ceux qui ont fait installer des pompes à chaleur payées au prix fort pour remplacer le fioul, aujourd'hui se mordent les doigts.

  • pierry5 le mercredi 20 jan 2016 à 18:15

    Ceci dit l'effondrement du prix du baril ne profite pas tout à fait l'automobiliste mais les états continuent à prélever d'importantes accises et autres taxes et . ne font que s'endetter. La prochaine cata ne viendra pas les subprimes mais du surendettement tant de l'état que des particuliers.

  • frk987 le mercredi 20 jan 2016 à 18:13

    Exact Pierry5 et c'est bien là tout le drame du pétrole pas cher, c'est l'occident qui va dans un premier temps payer le prix fort.