Pétrole : poker menteur à Vienne

le
1
Raphaël Gallardo reste sceptique sur la concrétisation de la réduction de la production de pétrole. (© P. Markham)
Raphaël Gallardo reste sceptique sur la concrétisation de la réduction de la production de pétrole. (© P. Markham)

La thématique de la reflation domine les mouvements de marché depuis le milieu de l’été. Si l’élection surprise de Donald Trump a donné un nouvel élan à cette tendance, il ne faut pas oublier que le rebond du prix du pétrole depuis un point bas à 41 dollars en juillet a fortement contribué à initier ce changement de paradigme. Notamment, l’annonce d’une entente entre les membres de l’OPEP sur un gel de la production à Alger en septembre a contribué à propulser le baril de brut audessus de 50 dollars.

Quelles sont les chances que se concrétise un tel accord à Vienne à la fin du mois ?

Nous restons sceptiques sur la concrétisation de cette réduction de la production. L’engagement pris à Alger en septembre portait sur un plafond de production à 32.5- 33millions de barils par jour, mais l’AIE estime que la production a à nouveau progressé en octobre, jusqu’à 33.8mbj.

En outre, on sait d’ores et déjà que des membres clés du cartel refusent de se soumettre ne serait-ce qu’à un gel de leur production : l’Iran souhaite retrouver rapidement sa production d’avant les sanctions internationales, l’Irak et la Libye invoquent le besoin de financer la guerre contre Daech, le Nigeria, en pleine crise financière, vise un retour à la normale de sa production après avoir conclu un accord avec les rebelles du Delta.

La Russie, qui s’est jointe aux discussions, a trop de projets

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chnivet il y a 4 mois

    Le problème ce n'est pas la production, c'est la croissance mondiale. Les russes produisent mais ne consomment pas. Les chinois sont en baisse depuis 3 ans . Les américains en très légère hausse. Cependant je pense que le pétrole va remonter e 2017. Car ils sont obligés de s'entendre. On arrive au bout du cycle.