Pétrole: le marché fait fi des statistiques américaines.

le
0

(CercleFinance.com) - L'Opep, encore l'Opep, l'emporte sur les Etats-Unis. A mi-séance jeudi en Europe, le baril de Brent de mer du Nord livrable en mars 2017 gagnait 1,2% à 55,8 dollars, le WTI américain d'échéance février le suivant de 1,1% à 52,8 dollars.

Quid des dernières nouvelles ? Les statistiques hebdomadaires américaines relatives aux stocks pétroliers, publiées hier, ont déçu les attentes, et de beaucoup. Selon l'Energy Information Agency (EIA), les stocks de brut ont augmenté en huit jours de plus de quatre millions de barils, soit quatre fois les attentes, quand ceux de produits distillés (diesel et fuel domestique notamment) s'envolaient de 8,4 millions d'unités, et ceux d'essence de cinq millions de barils.

“Et pourtant, les raffineries tournaient à un niveau record”, constatent les analystes Matières premières de Commerzbank, mais cela n'a pas suffit, d'autant que les importations de la semaine passée, soit 1,9 million de barils, n'avaient jamais été aussi élevées depuis septembre 2012.

Pire : selon l'EIA, les extractions pétrolières américaines ont augmenté en huit jours de 176.000 barils/jour, à 8,946 millions de barils/jour, les sociétés pétrolières profitant de la reprise des cours. Les Etats-Unis n'avaient plus produit autant d'or noir depuis le milieu du mois d'avril 2016.

Mais le pétrole demeure un marché “cartellisé” où l'Opep, qui doit réduire ses extractions, domine toujours : “l'Arabie saoudite a annoncé à certains de ses clients en Asie qu'elle diminuera légèrement ses livraisons en février”, rappelle Aurel BGC.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant