Pétrole: le brut ne profite pas du grand rebond.

le
0

(CercleFinance.com) - Jeudi midi sur les marchés pétroliers, le baril de Brent de mer du Nord livrable en janvier 2017 ne grappillait que 0,3% à 46,5 dollars, le WTI américain d'échéance décembre cédant 0,4% à 45,1 dollars. Les questions fondamentales, et notamment des doutes sur les intentions de l'Opep, pèsent sur les cours.

A la différence des indices d'actions, qui ont finalement opté pour la hausse dans la perspective d'une grande relance budgétaire aux Etats-Unis de la part de la future administration Trump, le cours du pétrole fait grise.

Il reste en effet suspendu à l'annonce des modalités suivant lesquelles l'Opep entend rétablir ses quotas de production à 32,50-33 millions de barils/jour, comme annoncé à Alger fin septembre. Les tractations entre Etats membres semblent difficiles, et l'association active de la Russie n'est plus de mise.

Avant la grand-messe des ministres du Pétrole du cartel, le 30 novembre à Vienne, des comités techniques de l'Opep devraient toutefois se réunir. Et le secrétariat générale affirme que le rétablissement des quotas est toujours d'actualité.

Mais en attendant, dans la dernière édition mensuelle de son 'Oil Market Report' publié ce matin, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a calculé que l'Opep avait 'pompé', en octobre, 230.000 barils/jour (b/j) de plus que le mois précédent, d'où un nouveau record de 33,83 Mb/j : soit 1,3 Mb/j de plus qu'en octobre 2015 !

En cause : la reprise des extractions du Nigeria et de la Libye, quand celle de l'Irak atteignait un nouveau sommet.

Et l'AIE ajoute, presque malicieusement : “la production des 14 pays membres du cartel a maintenant grimpé pour le cinquième mois d'affilée, grâce notamment à l'Irak et l'Arabie saoudite”. Ce qui jette un doute sur le rétablissement effectif des quotas.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant