Pétrole: le Brent fait le siège de son récent record.

le
0

(CercleFinance.com) - A mi-séance sur les marchés pétroliers en Europe, le baril de Brent de mer du Nord livrable en décembre se repliait de 1% à 52,1 dollars, le WTI américain de même livraison cédant 1,1% à 51,3 dollars.

Les cours des barils d'or noir semblent consolider leurs hausses de la veille. Saxo Banque en résume les causes ce matin : “le pétrole a grimpé en flèche hier de plus de 2%, ce qui a dopé le secteur de l'énergie. Les stocks (commerciaux de pétrole brut) américains ont chuté de plus de 5 millions de barils la semaine dernière contre toute attente alors qu'une augmentation de 2,7 millions de barils était attendue. La production de pétrole brut de la Chine a chuté de 9,8% en septembre. De nombreux puits de pétrole ont été fermés pour freiner les dépenses”.

D'une manière générale, le Brent piétine encore au seuil du record annuel touché le 10 octobre dernier à 53,73 dollars. Notons que le WTI, lui, n'est toujours pas parvenu à passer au-dessus des 51,84 dollars auxquels il avait (à cette date de concert avec le Brent) marqué un sommet annuel toujours en vigueur à ce jour.

Certes, les opérateurs pétroliers ont salué l'intention de l'Opep (annoncé sans préavis fin septembre) de “redevenir” un cartel pétrolier en rétablissant des quotas de production, à 32,5-33 millions de barils/jour. Soit un niveau inférieur à la production réelle de l'Opep en septembre (33,4 millions de barils/jour), à comparer avec 32,1 millions de barils/jour en 2015.

Reste maintenant à savoir comment l'Opep va s'y prendre pour réduire effectivement ses extractions, ce qui pourrait ne pas être fixé avant la fin du mois de novembre.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant