Pétrole-La production de l'Opep reflue avec l'Irak-étude

le
0

par Alex Lawler LONDRES, 2 septembre (Reuters) - La production de l'Opep a reculé en août après le pic atteint le mois précédent, en raison notamment des perturbations dans l'acheminement du pétrole en provenance du nord de l'Irak, dont la croissance de la production est ainsi stoppée, montre une étude de Reuters publiée mercredi. La production globalement stable de l'Arabie saoudite et des autres pays du Golfe membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) montrent que ces pays ne renoncent pas à leur stratégie de défense des parts de marché au détriment d'un soutien aux cours. La production de l'Opep a reculé à 31,71 millions de barils par jour (bpj) après 31,88 millions de bpj en juillet, chiffre révisé, selon cette étude fondée sur les données du transport maritime et sur des sources au sein des compagnies pétrolières, de l'Opep et de cabinets de consultants. L'excédent d'offre sur le marché mondial a fait plonger les cours du pétrole sous les 50 dollars le baril et la décision de l'Opep en novembre 2014 de ne pas soutenir les prix par une réduction des quotas de production a accentué cette chute. Les propres chiffres de l'Opep font état d'un excédent d'offre sur le marché représentant environ deux millions de bpj et, au sein du cartel, les partisans d'un changement de stratégie pour redresser les cours semblent résignés. "Je ne vois vraiment aucune probabilité d'organiser une réunion avant celle qui est prévue le 4 décembre, qui n'aboutira à aucun accord concret de réduction drastique de la production", a dit un représentant d'un pays africain membre de l'Opep. Le déclin observé en août est le premier depuis février, selon cette étude Reuters. Malgré cela, l'Opep a relevé sa production de quasiment 1,5 million de bpj depuis novembre et son choix, influencé par l'Arabie saoudite, de défendre ses parts de marché. La production des 12 membres actuels de l'Opep en juillet a été revue en légère baisse mais elle demeure la plus élevée depuis la première étude de ce genre réalisée par Reuters en 1997. La production de l'Opep a été supérieure à 32 millions de bpj en 2008 jusqu'à ce que l'Indonésie quitte le cartel à la fin de l'année. La contraction la plus marquée en août a été enregistrée en Irak, deuxième producteur de l'Opep et l'un des principaux moteurs de la hausse de la production du cartel depuis le début de l'année. Cela est notamment dû aux perturbations dans l'acheminement du pétrole nord-irakien vers le port turc de Ceyhan, montrent les données sur le transport maritime. (Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant