Pétrole: la perturbation de la production soutient les cours

le
0

(CercleFinance.com) - Vendredi midi en Europe, le baril de Brent de mer du Nord livrable en juillet grapillait 0,1% à 48,9 dollars, le WTI américain de même échéance l'imitant à 48,7 dollars.

A propos des mouvements enregistrés hier en séance, les analystes d'Aurel BGC indiquent que “les investisseurs ont réagi très négativement à l'appréciation du dollar, mais l'annonce de nouvelles perturbations de l'activité du terminal nigérian de Qua Iboe, le plus important du pays (300 000 barils par jour exportés), a fait oublier, ponctuellement, cette convention de marché liant le pétrole au dollar”.

En effet, l'incendie géant qui ravage l'Etat pétrolier canadien de l'Alberta doublé d'interruptions de production dans plusieurs pays de l'Opep, dont le Nigeria, a contribué à tirer le cours du brut vers le haut. Sur une semaine, le Brent prend actuellement 2,1%, soit + 10,2% sur un mois.

Et ce alors que de l'avis général, la baisse de la production américaine conjuguée avec une meilleure discipline de la part de l'Opep devrait rééquilibrer le marché pétrolier, à plus ou moins court terme.

Chez Commerzbank, les analystes Matières premières rappellent que la production de brut canadienne est pour l'heure amputée de plus d'un million de barils/jour et que les progrès des pompiers sont difficiles.

Les spécialistes ajoutent, concernant le Nigeria, que les attentats et attaques contre des installations pétrolières ont ramené la production nationale 'à son plus bas niveau en 22 ans' : à ce jour, les exportations nigérianes de brut sont passées sous les 1,4 million de barils/jour, contre une moyenne actuelle de l'ordre de 2 millions. 'Aucune signe de normalisation n'est pour l'heure visible', indique Commerzbank.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant