Pétrole-L'Opep peut accélérer le rééquilibrage du marché-AIE

le
0
    par Amanda Cooper 
    LONDRES, 11 octobre (Reuters) - L'offre mondiale de pétrole 
pourrait tomber plus rapidement au niveau de la demande si 
l'Opep et la Russie s'entendent sur une baisse suffisante de la 
production, a déclaré mardi l'Agence internationale de l'Energie 
(AIE). 
    Cette dernière souligne cependant que la rapidité d'un tel 
rééquilibrage dépend de la mise en oeuvre effective d'un 
éventuel accord. 
    Emmenés par l'Arabie saoudite, les membres de l'Organisation 
des pays exportateurs de pétrole (Opep) ont conclu le mois 
dernier un accord de principe sur une baisse de la production du 
cartel pouvant atteindre 700.000 barils par jour (bpj) et la 
Russie a exprimé l'intention de participer à une limitation de 
l'offre globale. 
    Les détails d'un éventuel accord ne sont toujours pas connus 
mais cette perspective a suffi à faire repasser les cours 
au-dessus de 50 dollars le baril, alors qu'ils étaient tombés à 
27 dollars en début d'année pour le Brent de la mer du Nord 
 LCOc1 . 
    Dans son rapport mensuel, l'AIE dit s'attendre à une hausse 
de la demande mondiale de pétrole de 1,2 million de bpj en 2017, 
une prévision inchangée par rapport au mois dernier. Elle a en 
revanche abaissé sa prévision de croissance de la demande cette 
année de 40.000 bpj à environ 1,2 million de bpj. 
    "Malgré de timides signes indiquant que les stocks abondants 
ont commencé à se contracter, nos prévisions sur l'offre et sur 
la demande donnent à penser que le marché, s'il est laissé à ses 
propres forces, pourrait rester en excédent d'offre durant la 
première moitié de l'année prochaine", dit l'AIE. "Si l'Opep 
respecte son nouvel objectif, le rééquilibrage du marché 
pourrait se faire plus rapidement." 
    "A ce stade, il est difficile d'évaluer comment la baisse de 
production de l'Opep, si elle est mise en oeuvre, affectera les 
équilibres du marché", ajoute-t-elle. 
    "Un rebond significatif de la production de la Libye et du 
Nigeria et la poursuite de la croissance de celle de l'Iran 
sous-entendraient que d'autres, comme l'Arabie saoudite, 
devraient mettre en oeuvre des baisses plus importantes pour 
atteindre (...) l'objectif de production." 
    Les membres de l'Opep doivent finaliser l'accord de baisse 
de la production lors de leur réunion ministérielle prévue fin 
novembre à Vienne. Il s'agira notamment de répartir les efforts 
entre eux. 
    L'AIE s'attend à une baisse de la production hors-Opep de 
900.000 bpj en 2016, à 56,6 millions de bpj, puis à un rebond de 
400.000 bpj l'année prochaine. 
    Les stocks mondiaux de pétrole ont reculé en août pour la 
première fois depuis mars, de 10 millions de barils à 3,092 
milliards. 
    La croissance de la demande mondiale a continué de ralentir 
et elle est tombée au troisième trimestre 2016 à un plus bas de 
quatre ans à 800.000 bpj en raison d'une "volatilisation de la 
croissance dans l'OCDE et d'une décélération prononcée en 
Chine". 
 
 (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique 
Tison) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant