Pétrole-L'offre devrait rester excédentaire au S1 2017-AIE

le
0
    LONDRES, 13 septembre (Reuters) - L'offre mondiale de 
pétrole brut devrait rester excédentaire pendant au moins les 
six premiers mois de 2017, en raison à la fois d'un net 
ralentissement de la croissance de la demande, de stocks en 
forte hausse et d'une augmentation de la production, a dit mardi 
l'Agence internationale de l'Energie (AIE). 
    "Notre prévision dans notre rapport de ce mois-ci suggère 
que la dynamique offre-demande ne devrait guère évoluer au cours 
des mois à venir. De ce fait, l'offre continuera à être 
supérieure à la demande jusqu'au premier semestre de l'année 
prochaine au moins", précise l'AIE. 
    Cette dernière, qui coordonne les politiques énergétiques 
des grandes puissances économiques, avait dit dans son rapport 
mensuel précédent anticiper un rééquilibrage du marché au second 
semestre de cette année. 
    La situation d'offre excédentaire a fait chuter les cours du 
baril depuis deux ans, revenus de 115 dollars en juin 2014 à 27 
dollars en janvier dernier avant une remontée autour de 50 
dollars au printemps. Depuis ils oscillent entre 40 et 50 
dollars le baril. 
    Vers 08h40 GMT, le Brent perdait 2,05% à 47,33 dollars, sous 
le coup notamment des nouvelles projections de l'AIE. 
    La production des raffineries mondiales devrait croître 
cette année à son rythme le plus faible depuis au moins 10 ans, 
une évolution qui va limiter l'appétit pour le brut. 
    De leur côté, les stocks dans les pays de l'OCDE ont atteint 
un nouveau record de 3,111 milliards de barils en juillet. 
    "Avec une perspective plus pessimiste concernant l'activité 
raffinage au second semestre 2016 et une révision de l'offre de 
brut, la diminution attendue des stocks devrait être moins 
prononcée que prévu au troisième trimestre tandis que 
l'accumulation projetée (des stocks) au quatrième devrait être 
plus marquée", poursuit l'AIE. 
    Le rythme de croissance de la demande mondiale décélère plus 
vite que ce que l'AIE n'avait initialement anticipé. Pour 2017, 
l'agence laisse sa prévision de croissance de la demande 
inchangée, à 1,2 million de barils. Mais pour cette année, elle 
ne prévoit plus qu'une progression de 1,3 million contre 1,4 
million précédemment. 
    Malgré l'effondrement des cours du pétrole et la diminution 
des investissements qui s'en est suivie, la production mondiale 
de brut continue d'augmenter, même si c'est à un rythme bien 
plus modéré qu'en 2015. 
    Les pays producteurs hors Opep devant supporter des coûts 
d'exploitation élevés ont particulièrement souffert du plongeon 
du prix de l'or noir. 
    Mais la baisse de la production en provenance de ces pays a 
été plus que compensée par l'Opep (Organisation des pays 
producteurs de pétrole). L'Iran et l'Arabie saoudite ont tous 
deux augmenté leur production de plus d'un million de barils 
depuis la fin 2014, quand le cartel a entériné une stratégie 
privilégiant une défense des parts de marché par rapport à celle 
des prix. 
    Dans son rapport mensuel publié lundi, l'Opep anticipe 
également pour 2017 un surplus plus important que précédemment 
prévu.   
 
 (Amanda Cooper, Benoit Van Overstraeten pour le service 
français, édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant