Pétrole: attentisme non loin des récents records annuels.

le
0

(CercleFinance.com) - Vendredi midi en Europe, le baril de Brent de mer du Nord livrable en décembre tentait de rebondir de 0,6% à 51,7 dollars, le WTI américain de même livraison avançant avec mesure de 0,4% à 50,8 dollars.

Sur la semaine, et pour l'heure, le Brent est bien parti pour terminer sur léger recul de 0,5%, alors qu'il a marqué le 10 octobre dernier un nouveau sommet annuel à 53,73 dollars. Du côté du WTI en revanche, la variation hebdomadaire est à ce stade de + 1%, le plafond annuel de 51,93 dollars étant plus récent (en date du 19 octobre).

Pour le Brent, utilisé comme prix de référence internationale pour des pétroles de nombreuses autres régions (ce qui n'est pas le cas du WTI), la lourdeur des derniers jours peut s'expliquer par l'expectative qui suit les déclarations d'intentions de l'Opep. Certes, le cartel pétrolier a surpris tout le monde en annonçant fin septembre la restauration de ses quotas, de surcroît à un niveau inférieur à sa production actuelle. Reste cependant à connaître les modalités exactes de cette décision, ce qui pourrait encore durer un bon mois, et à surveiller l'effectivité de sa mise en place.

Aux Etats-Unis, les indicateurs de marché sont devenus plus favorables : d'une part, la production pétrolière du pays, dopée ces dernières années par les huiles de schiste, recule toujours. Supérieur à 9,6 millions de barils/jour en juin 2015, un record de plus de 30 ans, la production pétrolière nationale a depuis reflué sous la barre des 8,5 millions d'unités quotidiennes.

Idem pour les stocks de marché : ayant culminé fin mars dernier à plus de 512 millions de barils, ce qui signalait un excès d'offre, ils ont reculé sensiblement sous la barre des 470 millions de barils.

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant