Pétrole: après l'espoir, l'Opep suscite le doute.

le
1

(CercleFinance.com) - Les 54 dollars frôlés par le Brent du début du mois semblent devoir rester à distance. Jeudi midi sur le Vieux Continent, le baril de Brent de mer du Nord livrable en décembre se reprenait modestement de 0,6% à 50,3 dollars, le WTI américain de même livraison prenant 0,4% à 49,4 dollars.

Certes, a fait savoir hier l'Energy Information Agency (EIA) américaine, les stocks commerciaux de pétrole brut ont la semaine dernière reculé de plus de 550.000 barils aux Etats-Unis, alors qu'ils étaient attendus, par le consensus, en hausse de 1,7 million d'unités. Ceux d'essence et de distillats ont de plus baissé nettement plus que prévu.

Cependant, l'agence fédérale américaine a aussi indiqué que la production pétrolière américaine avait remonté, la semaine passée, à 8,504 millions de barils/jour, soit son plus haut niveau en un mois.

Une donnée fondamentale des plus sensibles alors que les opérateurs de marché se demandent comment l'Opep parviendra à mettre en pratique la baisse de la production annoncée voilà près d'un mois maintenant.

Schématiquement, nombre de pays de l'Opep, dont l'Irak, l'Iran et le Venezuela, n'ont pas envie de réduire leur production et ont demandé à être exempté de toute baisse.

Or afin de revenir de 33,4 millions de barils/jour, la production de l'Opep en septembre, au futur quota de 32,5-33 millions de barils/jour, quelqu'un devra se dévouer. Mais les monarchies arabes du golfe, à commencer par l'Arabie saoudite, se résoudront-elles à agir pour les autres ?

EG

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 28351485 il y a un mois

    Questions STUPIDES !!! MANIPULATION A TOUS LES ETAGES ! La seule question qui vaille est l'effet de levier de la baisse de production sur les prix ! Et que voit on ? le seul fait d'évoquer la baisse les prix flambes !!!