Petkovic, l'homme de la situation ?

le
0
Petkovic, l'homme de la situation ?
Petkovic, l'homme de la situation ?

Intronisé sélectionneur cet été, Vladimir Petkovi? a connu les pires débuts d'un coach à la tête de la Nati depuis 28 ans, suite aux défaites contre l'Angleterre (0-2) et la Slovénie (0-1). Successeur d'Ottmar Hitzfeld, l'ancien technicien de la Lazio doit vite rectifier le tir, si possible contre Saint-Marin, pour ne pas devenir une vulgaire erreur de casting.

Deux Ligues des champions avec le Borussia Dortmund et le Bayern Munich, une pelletée de titres nationaux en Allemagne et en Suisse, sans parler d'une collection de coupes nationales... Le palmarès d'Ottmar Hitzeld parle pour lui, comme son bon parcours au Mondial 2014 avec la Nati. Pour succéder à l'Allemand, les dirigeants suisses ont misé sur Vladimir Petkovi?, Croate de Bosnie de 51 ans, naturalisé suisse il y a plus d'une décennie. C'est peu dire que son palmarès contraste avec celui de son prédécesseur : une finale de Coupe de Suisse 2008 et une montée en première division avec Bellinzone, un titre en D3 avec Malcantone Agno en 2003, ou encore une seconde place en championnat avec les Young Boys Berne en 2010. Son plus prestigieux trophée : une Coppa Italia 2013 sur le banc de la Lazio Rome, suivie de son licenciement quelques mois plus tard, officiellement pour avoir négocié son arrivée à la tête de la Nati dans le dos du président Claudio Lotito.
Vladimir Petkovi?, polyglotte et charitable
Pour rééquilibrer la balance en faveur de Petkovi?, il faut sortir du football : le « Docteur » parle six langues dont l'italien, le français et l'allemand - ce qui prévient tout problème de communication avec ses joueurs - et a fait dans la charité pendant 5 ans. De 2003 à 2008, il travaillait pour la fondation Caritas le jour, s'en allant entraîner Lugano puis Bellinzone en soirée... Ce côté atypique, c'est précisément ce qui avait séduit Claudio Lolito quand il a décidé de donner les clés de la Lazio au technicien d'origine bosnienne. « Ce n'est pas commun d'avoir une personne dans le monde du football qui a également travaillé plusieurs années à Caritas. Je pense que les footballeurs ne doivent pas seulement être jugés en tant que tels, mais aussi en tant que personnes ayant besoin d'être nourries spirituellement. J'ai choisi Petkovi? pour cette raison », expliquait fièrement le président laziale en juin 2012, au moment de justifier cette nomination surprise.

Au final, une Coupe d'Italie, et une septième place en Serie A, avant une éviction rocambolesque début 2014 : alors que Petkovi? annonce son départ pour la sélection suisse à l'issue de son contrat à Rome, le club italien considère qu'il a brisé son contrat en négociant avec une autre entité, et met fin à son mandat avec effet immédiat... Dans les faits, le Bosnien était...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant