Petits et grands changements dans la réglementation

le
0
Petits et grands changements dans la réglementation
Petits et grands changements dans la réglementation
Comme chaque année, la F1 voit ses règlements évoluer. Si, en 2015, on reste loin de la révolution connue au début de la saison 2014, quelques changements sont venus perturber la préparation des pilotes et écuries. Retour sur ces évolutions, ces avancées et, aussi, ces retours en arrière.La sécurité, toujours plus primordiale

Le terrible accident de Jules Bianchi ne sera donc pas resté sans conséquences. Dans une tentative de réduire la vitesse des monoplaces aux abords des zones d'accidents, la FIA a instauré, après l'avoir testé en fin de saison l'année dernière, le principe de la « Voiture de Sécurité virtuelle », ou Virtual Safety Car. Ce système va imposer aux pilotes de réduire drastiquement leur vitesse sur une zone déterminée du circuit située avant et après un accident. La FIA précise que ce dispositif sera utilisé lorsqu'il faudra protéger le pilote accidentés et les personnes présentes pour leur porter assistance sans qu'il soit nécessaire de neutraliser la course via le déploiement de la Voiture de Sécurité. Toujours concernant la Voiture de Sécurité, la FIA a décidé d'accélérer la procédure pour relancer une course. La direction de course n'attendra plus que les monoplaces classées à un tour du leader et qui profitent de l'intervention de la Voiture de Sécurité pour reprendre ce tour soient de retour en queue de peloton pour relancer la course. Enfin, comme attendu, la FIA a rejeté la proposition d'un départ arrêté suite à une voiture de sécurité, toujours pour des questions de sécurité.

Des nez moins hideux, des groupes propulseurs plus fiables

La saison 2014 avait vu les écuries présenter des monoplaces au nez souvent hideux en raison d'une réglementation particulière. Face aux moqueries, la FIA et les écuries ont préféré modifier la réglementation concernant la forme des museaux des F1. En 2015, les écuries doivent respecter certaines dimensions qui font que les monoplaces ont des nez plus « harmonieux ». Mais cette réglementation laisse de la liberté aux ingénieurs comme on l'a vu avec des choix différents. Certaines écuries ont copié la Mercedes 2014 avec un nez court alors que d'autres, comme McLaren ou Ferrari, ont fait le choix d'un nez plus long. Il semble évident que la première solution est la plus efficace aérodynamiquement, et il est clair que Ferrari travaille sur un nouveau nez plus court. Autre changement qui touche directement les monoplaces : chaque pilote n'aura plus que quatre groupes propulseurs, ou tout du moins quatre exemplaires de chaque élément constitutif du groupe propulseur, pour boucler les vingt courses au calendrier du championnat 2015. Pour certains motoristes, Honda au premier chef, ce nombre réduit sera un véritable défi et les pénalités pourraient être nombreuses. Ces pénalités ont évolué pour 2015 et ne s'appliqueront désormais que sur un seul Grand Prix. Si un pilote prend plus de places de pénalités sur la grille qu'il ne peut en purger, des pénalités de temps pour la course seront utilisées.

Des groupes propulseurs qui pourront évoluer

Pour la saison 2014, le règlement était très clair : les motoristes avaient jusqu'au 28 février pour homologuer auprès de la FIA leurs groupes propulseurs et ne pouvaient les modifier durant la saison en 2014. En 2015, grâce au directeur technique de Ferrari James Allison, un vide dans le règlement admis par la FIA permet aux motoristes de modifier dans une certaine limite les éléments de leurs groupes propulseurs tout au long de la saison. Pour faire aussi simple que possible, les motoristes ont un certain nombre de « jetons », d'autorisations pour modifier un élément du groupe propulseur. Pour 2015, les motoristes peuvent modifier près de 50% des éléments de leur groupe propulseur mais ce pourcentage va diminuer d'ici 2020 où les groupes propulseurs seront définitivement gelés.

Plusieurs points de règlement revus et corrigés

Parmi les autres changements pour la saison 2015, on note la fin du doublement des points sur la dernière manche de la saison, une règle qui a fait parler, qui a été testée la saison dernière mais qui n'a pas été maintenue. Au rayon des pénalités en course, suite au succès de la pénalité de cinq secondes à respecter avant un arrêt au stand, une pénalité de dix secondes est ajoutée à l'arsenal de la direction de course. Autre changement dans les habitudes des écuries, les monoplaces seront considérées comme étant sous régime de « parc fermé », c'est-à-dire que les ingénieurs et techniciens ne pourront plus rien changer, ou presque, aux réglages dès le début de la première phase des qualifications et non plus dès le début de la troisième séance d'essais libres le samedi matin. Des monoplaces qui ont pris de l'embonpoint pour excuser le surplus de protections latérales rendu obligatoire. Annoncées à 691kg minimum en 2014, les F1 devront peser au minimum 702kg en 2015, alors qu'un poids de 701kg était à l'origine prévu.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant