Pétitions en ligne, "likes": nouveau type d'engagement ou pulsion ?

le
0
Pétitions en ligne, "likes": nouveau type d'engagement ou pulsion ?
Pétitions en ligne, "likes": nouveau type d'engagement ou pulsion ?

Pétitions en ligne, pages Facebook: la mobilisation sur la Toile embrasse les causes les plus diverses avec plus ou moins de succès, mais ce type de démarche en un clic pose la question de l'engagement réel des citoyens internautes.Si les gros faits divers poussent régulièrement en France les gens à descendre dans la rue pour protester contre les agresseurs ou soutenir les victimes, la récente mise en examen d'un bijoutier de Nice pour avoir tué son braqueur a provoqué une mobilisation numérique sans précédent via Facebook en faveur du commerçant agressé.L'ampleur du mouvement a rapidement suscité des doutes sur l'origine des désormais 1,6 million de "likes" sur la page de soutien au bijoutier. Depuis, la théorie du bidonnage a pris du plomb dans l'aile. Selon une analyse très détaillée de la société KRDS sur son blog, plus de 90% des "likes" proviennent bien de France. Impressionnante par son effet de masse, cette nouvelle forme de mobilisation n'en reste pas moins désincarnée et distante, selon Olivier Ertzscheid, maître de conférences à Nantes en sciences de l'information, qui parle d'un "engagement light"."Le fait de cliquer sur un article, au bas d'une pétition ou sur une page Facebook nous désengage d'une vraie réflexion qu'oblige une discussion avec des proches ou l'écriture. Tout le modèle de la viralité dans Facebook, c'est justement de faire en sorte que les gens rédigent le moins possible et se contentent de faire circuler des contenus", explique-t-il à l'AFP."Quand ça concerne des problèmes politiques, de justice ou de société, à mon sens, il y a un danger derrière. Ce qui est manipulé au travers de cette page, c'est une réflexion sur le droit de se faire justice soi-même et, pourquoi pas, sur le rétablissement de la peine de mort", estime Olivier Ertzscheid."Cette action de +liker+ a une charge cognitive qui est nulle. Ca ne demande aucun effort et on a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant