Petit traité des «accidents graves» sur le RER

le
0
Chaque année, 450 personnes se suicident sur le réseau francilien. Éric Fottorino a été particulièrement touché par trois d'entre elles.

Chaque jour, plus d'un million de personnes prennent le RER A. Cette ligne est la plus dense d'Europe, allant de l'ouest francilien Saint-Germain-en-Laye et Cergy-Pontoise à l'est Marne-la-Vallée et Boissy-Saint-Léger, en passant par les stations les plus fréquentées de Paris: Châtelet-Les Halles, Opéra, Charles-de-Gaulle Étoile, Gare de Lyon...

Parmi ce million d'usagers, un écrivain qui fut également directeur du quotidien Le Monde: Éric Fottorino, il emprunte cette ligne depuis trente ans. L'auteur de Baisers de cinéma, prix Femina, habite dans une belle ville des Yvelines. Au début de l'automne 2012, tout près de chez lui, trois personnes se sont jetées sur les rails: «Un vieillard. Une jeune femme, du moins l'ai-je cru. Une mère de famille», écrit-il. Il ne les connaît pas, peut-être les a-t-il croisés. Des an...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant