Petit poucet bat petit bras

le
0
Petit poucet bat petit bras
Petit poucet bat petit bras

Au petit jeu de cache-cache qu'est la Coupe de France, le gros n'est pas toujours celui que l'on croit. La preuve avec un Olympique de Marseille qui a cru bon de rester en vacances ce dimanche soir.

Il est parfois plus facile de dévisager une motte de terre que de se regarder en face. Ça fait moins peur. Et puis elle n'a rien à foutre là, cette motte de terre. C'est pour cela qu'ils s'en prennent tous à elle, ces drôles de types. " À tous les coups, ces écolos de Grenoblois, ils l'ont foutu là pour que les centres de Dja Djédjé s'envolent. À moins que ça ne soit pour que Thauvin loupe ses gestes techniques. " Si leurs lèvres n'étaient pas gelées par le froid et leur bouches clouées par la honte, les Marseillais auraient pu la sortir, cette excuse-là. Sauf que des excuses, c'est à leurs supporters qu'ils doivent en présenter. Si les Isérois ont été tantôt vaillants, tantôt excellents, emmenés par un Tchenkoua de gala ou un Akrour qui a rendu fier son maire, Éric Piolle, et verts les Phocéens, personne n'est dupe quant à ce qu'il s'est passé au stade des Alpes ce dimanche. Car derrière chaque exploit retentissant se cache un malaise. Derrière l'idée romantique de l'adolescent David qui terrasse Goliath armé de sa seule lance sommeille une vérité froide qui n'est pas toujours bonne à dire : quand la logique n'est pas respectée, c'est aussi parce que le favori lui-même ne s'est pas respecté. En préférant les bougonneries au jeu, les vacances à la reprise et la marche à la course, les joueurs de Marcelo Bielsa ont faussé la donne.

Quid du fantasme quand il devient réalité ? Que se passe-t-il quand on a enfin ce que l'on a tellement voulu ? À en croire les visages grenoblois au lendemain de l'exploit, l'acte n'est pas moins délicieux que le rêve. Après tout, eux, les joueurs de quatrième division, se sont offert le scalp du leader de la Ligue 1. Il y a de quoi roter du Ruinart de bon matin, quand même. Sauf qu'à bien y réfléchir, les bulles avaient de quoi moins pétiller. Exceptionnel pour les Isérois, le scénario du match - être mené deux fois au score, égaliser à la dernière seconde, gagner aux tirs au but - semble conter un exploit épique qui n'en est pas vraiment un. Oui, les Grenoblois méritent un grand coup de chapeau, mais les Marseillais, eux, méritent bien un coup de pied au cul tant ce dimanche soir, la logique semble en fait avoir été respectée. Oui, au petit jeu du cache-cache footballistique qu'est la Coupe de France, l'équipe de Ligue 1 n'est pas toujours celle que l'on croit. Pour résumer ce match, nul besoin de parler tableau noir ou pelouse à la gueule d'adolescent boutonneux. La raison principale (la seule ?) de la...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant