Petit journal des galériens du RER

le
1
Des usagers sont photographiés , le 21 juin 2011, dans l'une des rames du RER B à la gare du Nord à Paris, où le trafic sur le RER A et B est perturbé par une grève des conducteurs à l'appel de la CGT, sur des revendications salariales.
Des usagers sont photographiés , le 21 juin 2011, dans l'une des rames du RER B à la gare du Nord à Paris, où le trafic sur le RER A et B est perturbé par une grève des conducteurs à l'appel de la CGT, sur des revendications salariales.

"Dis, Nathalie, tu crois qu'on peut aussi vivre des moments de grâce dans le RER ?" Sur Twitter, les usagers raillent à longueur de gazouillis la sortie de la candidate UMP à la mairie de Paris sur "le charme" du métro parisien, lieu propice aux "rencontres incroyables". Lorsqu'on voyage dans ces bons vieux trains de banlieue, on vit rarement des "moments de grâce". On subit. Les retards, les grèves, les suppressions de trains, les ruptures de caténaires, les problèmes électriques, les accidents graves de personnes, les températures caniculaires, le gel et les feuilles mortes... Une guirlande d'incidents qui gangrène le quotidien. Voici un florilège des perturbations et des mots d'excuse de ces dernières semaines, relevés sur les lignes B et C, agrémentés, parfois, de commentaires acerbes d'usagers voyageant au pays d'Ubu.

3 octobre (matin), ligne C : gare de Saint-Michel-sur-Orge, "suppression", peut-on lire sur le bulletin de retard distribué à la chaîne par les agents SNCF. "Pfff, c'est toujours la même chose, pas un jour où il ne se passe pas quelque chose", se plaint une voyageuse. "Je suis d'accord avec vous, moi aussi je prends le train et j'arrive constamment en retard", répond l'agent.

17 octobre, ligne B (18 h 15) : le train annoncé en direction de Mitry-Claye prend la direction (opposée) de Roissy-Charles de Gaulle. À Sevran-Beaudottes, tout le monde descend pour reprendre un autre train et faire le trajet inverse. Le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le jeudi 21 nov 2013 à 13:36

    un jour un excede tuera un greviste. et il y aura des reformes et une realite de service. en attendant, le banlieusard qui travaille n interesse personne au gouvernement a part pour payer ses impots.