Petit florilège de la campagne présidentielle blaugrana

le
0
Petit florilège de la campagne présidentielle blaugrana
Petit florilège de la campagne présidentielle blaugrana

Après des semaines de campagne, les quatre finalistes de l'élection présidentielle barcelonaise attendent le verdict des urnes. L'occasion de revenir sur quelques phrases que l'on ne peut entendre que lors de cette période de tractations électoralistes. Attention, grand n'importe quoi en approche.

  • Laporta : "Le transfert de Neymar pourrait nous coûter 220 millions d'euros !"

    Des quatre concurrents pour la présidence du FCB, Joan Laporta est sans doute le plus charismatique. Pour ne pas dire démago. À l'occasion d'une énième diatribe contre son principal adversaire, aka Josep Bartomeu, le big boss du premier triplé blaugrana renvoie sur la table le dossier Neymar. À propos de ce dossier épineux, qui avait coûté son poste à Sandro Rosell, et dont les soubresauts fiscalo-judiciaires n'ont pas encore connu leur épilogue, le sieur Laporta envoie en l'air un montant astronomique : 220 millions d'euros ! De près ou de loin, personne ne peut assurer que l'opération atteigne une telle somme. Mais qu'importe : à l'heure où seul le verdict des urnes compte, un bon coup de démagogie ne coûte rien.

  • Bartomeu : "Une entreprise technologique asiatique est disposée à payer un montant très proche de ce dont a besoin le Barça"

    Dans le jargon des poulaillers, on appelle ça une girouette. Dans celui de l'automobile, un virage à 180 degrés. En l'espace de quelques semaines, la position de Josep Bartomeu sur le partenariat blaugrana avec le Qatar a connu un retournement de situation improbable. Sujet clé de cette campagne, le contrat annuel de 30 millions d'euros de la compagnie aérienne du pays du Golfe fait jaser. À tel point que Bartomeu a promis avoir trouvé un nouveau sponsor, cette fois asiatique, enclin à débourser une somme tout aussi élevée. Bref, une promesse électorale de plus qui met en lumière le clientélisme du bon Josep - une affirmation qui ne lui est pas propre.

  • Laporta : "Il faut choisir entre le Qatar et les corrompus, ou Unicef et les gens clean"

    L'insistance de Joan Laporta à matraquer l'ancien bras droit (Bartomeu) de son ancien bras droit (Rosell) trouve son climax avec le sponsor principal du FCB. En signant un contrat millionnaire avec le Qatar - d'abord Qatar Foundation, puis Qatar Airways -, la direction présidée par l'homme aux binocles a fait fi d'une tradition plus que centenaire au Barça : vendre aux plus offrants son maillot. D'où cette pique d'un Laporta qui avait, en son temps, mis à l'honneur l'UNICEF en lui offrant l'espace de son maillot…





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant