Peter O'Toole, l'inoubliable Lawrence d'Arabie

le
0
Peter O'Toole en 2011 AFP PHOTO / GABRIEL BOUYS
Peter O'Toole en 2011 AFP PHOTO / GABRIEL BOUYS

(AFP) - L'Irlandais Peter O'Toole qui vient de mourir à l'âge de 81 ans, est entré dans la légende du 7ème art grâce à son interprétation de Lawrence d'Arabie dans l'épopée cinématographique de David Lean.

Elevé à Leeds (nord de l'Angleterre), le jeune Peter qui est né dans le Connemara (Irlande), le 2 août 1932, quitte l'école à 14 ans pour devenir garçon de bureau au journal local, le Yorskhire Evening News. A 18 ans, il fait son service militaire dans la Royal Navy.

En 1952, une représentation du "Roi Lear" l'incite à entrer, avec une bourse, à la prestigieuse Académie royale d'Art dramatique à Londres où il découvre le répertoire shakespearien. Deux ans plus tard, il devient membre de la prestigieuse Royal Shakespeare Company du Bristol Old Vic (Comté de Gloucestershire), le plus ancien théâtre royal du Royaume-Uni.

Il y joue une soixantaine de pièce dont Le Roi Lear, Othello, Hamlet, Macbeth, Roméo et Juliette, Jules César de William Shakespeare, Volpone de Ben Jonson, Major Barbara de George Bernard Shaw, La Paix du dimanche de John Osborne, etc.

Après des débuts à la télévision (1954), il apparait dans des comédies musicales à Londres (Oh, My Papa).

A 26 ans, il triomphe dans le rôle de Shylock du "Marchand de Venise" puis dans celui de Petruccio de "La mégère apprivoisée". La critique salue en lui un nouveau Laurence Olivier.

Venu au grand écran, en 1959, il fonde la société de production Keep Films pour être son propre producteur.

La même année, il épouse l'actrice galloise Sian Phillips qui lui donnera deux filles et dont il divorcera 20 ans plus tard. Il aura un fils d'un second mariage.

En 1962, le rôle de Lawrence d'Arabie, cet officier britannique entré dans la légende pour avoir combattu les Ottomans aux côté des Arabes (1916-1918), rôle qui avait été refusé par Marlon Brando, lui vaut sa première nomination aux Oscars comme meilleur acteur.

Il enchaîne alors les rôles prestigieux au théâtre, comme au cinéma: "Beckett" (1964), "Lord Jim" (1965), "Quoi de neuf Pussycat", avec Romy Schneider, "La nuit des généraux" (1967), "Le lion en hiver" (1968), "Rosebud" (1975), "Mon année préférée" (1982), "Le dernier Empereur" (1987), "Troie" (2004).

Son registre est varié et il alterne comédies, drames historiques et films d'horreur.

Nominé huit fois aux Oscars dans la catégorie du meilleur acteur, Peter O'Toole reçoit un Oscar d'honneur en 2003.

En juillet 2012, quelques semaines avant son 80e anniversaire, ce grand amateur de cricket, de rugby et de pêche à la mouche, annonce qu'il arrête le cinéma et le théâtre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant