Peter Kassig, de l'armée à l'humanitaire

le
0
Peter Kassig, de l'armée à l'humanitaire
Peter Kassig, de l'armée à l'humanitaire

Malgré son jeune âge (26 ans), l'Américain Peter Kassig, dont le groupe Etat islamique (EI) revendique l'exécution dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux ce dimanche, avait eu une vie riche. 

Originaire d'Indianapolis (Indiana), engagé dans l'armée en tant que ranger, il avait été brièvement envoyé en Irak, d'avril à juillet 2007. Démobilisé pour des raisons médicales à l'âge de 19 ans, il avait repris des études de sciences politiques et de médecine d'urgence. En 2012, Peter Kassig était parti à Beyrouth pour créer une ONG, le Sera (Special Emergency Response and Assistance), destinée à venir en aide aux réfugiés syriens qui fuient la guerre civile. «J'avais besoin d'un autre challenge, de donner du sens à ma vie», expliquait-il à CNN à l'été 2012. Il était alors dans un hôpital de Tripoli au Liban. 

Quelques temps plus tard, il s'installe en Turquie. De là, il aurait effectué plusieurs allers-retours en Syrie pour convoyer des médicaments et de la nourriture aux déplacés syriens. C'est lors d'un de ces périples qu'il est enlevé, le 1er octobre 2013, sur la route de Deir-el-Zor, dans l'est du pays. Les autorités américaines, comme ses parents, acceptent de ne rien dire avec l'espoir de ne pas compliquer les démarches de libération. 

Le 3 octobre dernier, quand ils découvrent leur fils sur la vidéo des égorgeurs de Daech, Ed et Paula Kassig décident de sortir de leur silence. Depuis l'irruption de Daech sur la scène du terrorisme international, aucun otage montré sur l'une de ces vidéos de propagande n'a pu être sauvé.

VIDEO. L'appel des parents de Peter Kassig à ses ravisseurs

Professeur pour lui, infirmière pour elle, ils appellent dans une vidéo les ravisseurs de leur fils à faire preuve de clémence. Puis ils dévoilent la lettre que Peter leur a fait parvenir fin juin. Dans cette missive, Peter leur dit qu'il est «effrayé de mourir» et parle de sa foi. Après avoir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant