Pesticides : Bayer veut casser sa tirelire pour Monsanto

le
1
Pesticides : Bayer veut casser sa tirelire pour Monsanto
Pesticides : Bayer veut casser sa tirelire pour Monsanto

Soixante-deux milliards de dollars, soit environ 55 milliards d'euros. C'est l'énorme prix que Bayer met sur la table pour prendre le contrôle de son concurrent américain Monsanto. Le succès de cette fusion en ferait la plus grosse acquisition d'un groupe étranger par une entreprise allemande, loin devant celle à quelque 36 milliards de dollars de Chrysler par Daimler à la fin des années 1990. Un géant mondial des pesticides, engrais et semences naîtrait de ce rapprochement entre Bayer, dont les pesticides dits «tueurs d'abeilles» sont décriés par certains, et Monsanto, également fabricant du controversé pesticide Roundup.

«Cette transaction représente une énorme opportunité pour les actionnaires de Monsanto», a promis, lors d'une conférence téléphonique, le patron de Bayer, Werner Baumann, qui est aux manettes du chimiste allemand depuis seulement le début du mois. En proposant 122 dollars par action Monsanto, Bayer leur fait miroiter une prime de 37% par rapport au cours de début mai, avant que l'offre ne soit faite. Le tout nouveau patron de Bayer a dévoilé la tenue, entre les deux groupes, «de discussions à de multiples occasions ces dernières années». «Nous sommes fermement convaincus que c'est la combinaison des deux activités qui tire le meilleur de leur valeur», a assuré Werner Baumann.

Monsanto est souvent perçu comme «le méchant des OGM»

Outre un prix très élevé à payer, Bayer semble prêt à affronter la réputation difficile de Monsanto, souvent perçu comme «le méchant des OGM» en Europe et combattu par de nombreuses ONG. Aux Etats-Unis et en Amérique latine, les semences génétiquement modifiées de Monsanto sont très largement cultivées dans les champs de maïs ou de soja. «Nous pensons que nous pouvons gérer la réputation de Monsanto (...). Nous savons que nous devons nous occuper de manière décisive de ce point», a affirmé le patron de Bayer, mettant en avant «la très très ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • umrk il y a 6 mois

    Du Zyklon B au Roundup !