Pervis-Baugé, l'or de la réconciliation ?

le , mis à jour à 06:29
0
Pervis-Baugé, l'or de la réconciliation ?
Pervis-Baugé, l'or de la réconciliation ?

« Ce ne sont pas les meilleurs amis du monde mais ils vont unir leurs forces pour la vitesse par équipes, comme nous par le passé avec Florian Rousseau ». Si même leur entraîneur le dit... La franchise de Laurent Gané, au moment d'évoquer la relation entre Grégory Baugé et François Pervis (31 ans tous les deux), peut surprendre, mais elle replace la rivalité entre les deux pistards dans une sorte de tradition à la française.

 

Mélange de tensions et de performances, d'émulation diront certains. « Avec Florian, on ne s'est jamais fait de crasses et on se respectait beaucoup. On n'allait pas à la plage ensemble mais on faisait les choses dans les règles de l'art, poursuit le Néo-Calédonien Gané, champion olympique par équipes en 2000. Aujourd'hui, ce n'est pas tout à fait la même génération, mais ils feront avec... » Dernière illustration ? Au moment de la sélection pour la vitesse par équipes, Grégory Baugé, le taulier, triple médaillé d'argent à Londres et Pékin, 9 fois champion du monde (dont 5 fois par équipes), rêvait du casting londonien, avec ses potes Michaël D'Almeida et Kévin Sireau. Sauf que ce dernier a été remplacé à Rio par Pervis, médaillable en individuel.

 

« François n'a pas remplacé Kévin, il a été sélectionné », nuance le Cristolien Baugé, qui juge moins forte cette composition d'équipe. « Oui, je le pense mais ce n'est pas un problème. On a fait de très belles choses ensemble à l'entraînement et on est tous investis pour aller chercher l'or. On verra le résultat jeudi (NDLR : aujourd'hui). » Pervis, sextuple champion du monde mais remplaçant à Londres, esquive le sujet dans un sourire. « On est dans le même appartement, on dort ensemble, on mange ensemble, ce n'est pas la guerre comme vous pouvez le croire. Et c'est vraiment sincère », détaille le Mayennais.

 

Il faut dire que par le passé, avec un pic de chaleur aux Mondiaux 2014, la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant