Perugia, la résurrection du Griffon

le
0
Perugia, la résurrection du Griffon
Perugia, la résurrection du Griffon

Reléguée administrativement en D5 en 2010, Perugia est en train de revenir fort. Équipe emblématique des années 2000, notamment connue pour avoir enlevé un Scudetto à la Juve, la formation biancorossa se frotte ce soir au Hellas Vérone, en Coupe d'Italie.
C'est une image que les supporters de la Juventus n'ont jamais oubliée. Un déluge. M. Collina avec son parapluie. Carlo Ancelotti avec son anorak. Et puis Alessandro Calori. Un joueur quelconque, défenseur, qui vient placer une frappe improbable après un renvoi dégueulasse d'Antonio Conte. Van der Sar se fige, le ballon file dans les cages. Perugia, modeste douzième de Serie A, vient de planter un coup d'épée dans le ventre de la Vieille Dame. Un but qui ôte le Scudetto des mains de la Juventus, et qui l'offre sur un plateau à la Lazio, qui n'en demandait pas tant. Nous sommes le 14 mai 2000, et Perugia vient d'inscrire son nom dans l'histoire du championnat d'Italie. Ironie de l'histoire, un an plus tôt, c'est sur cette même pelouse du Renato Curi que le Milan AC de Zaccheroni avait fêté son Scudetto, en s'imposant 2-1 lors de la dernière journée. Pour Perugia, promu en 1998 et de retour en Serie A après 17 saisons, c'est une véritable période dorée. Une période où vont se succéder des joueurs aussi incroyables qu'improbables (Nakata, Rapajc, Ze Maria, Materazzi, Ibrahim Ba, Kaviedes, Liverani ), des entraîneurs dingues (Vujadin Boškov, Carlo Mazzone, Serse Cosmi) et, évidemment, un président unique, Luciano Gaucci. Un homme qui, dans son CV, peut se vanter d'avoir fait venir en Italie le fils Khadhafi, d'avoir viré de son équipe de la Coréen Ahn Jung-Hwan, coupable d'avoir éliminé l'Italie du Mondial 2002, ou encore d'avoir proposé de faire jouer un ours dans son équipe.
République Dominicaine et Serie D
Mais comme souvent, en Italie, toute belle époque a une fin. Lors de l'été 2003, Perugia remporte la Coupe Intertoto, une première historique dans l'histoire du club. En Coupe UEFA, les Biancorossi se permettent même d'éliminer Dundee et l'Aris Salonique, mais se font sortir au troisième tour par le PSV Eindhoven. C'est l'apogée du Perugia de Luciano Gaucci. Car cette saison 2003-04 va être un véritable chemin de croix. L'équipe ne parvient pas à rééditer les prestations des années précédentes. Elle termine quizième, et doit donc disputer un barrage contre la Fiorentina, sixième de Serie B. Après la défaite 1-0 à l'aller au Renato Curi, elle n'arrive pas à inverser la tendance, et fait match nul 1-1 à l'Artemio Franchi. Relégation. Serse Cosmi tire sa révérence, et la formation est confiée à Stefano Colantuono, avec pour objectif une immédiate remontée en Serie A. Perugia termine troisième, et...

C'est une image que les supporters de la Juventus n'ont jamais oubliée. Un déluge. M. Collina avec son parapluie. Carlo Ancelotti avec son anorak. Et puis Alessandro Calori. Un joueur quelconque, défenseur, qui vient placer une frappe improbable après un renvoi dégueulasse d'Antonio Conte. Van der Sar se fige, le ballon file dans les cages. Perugia, modeste douzième de Serie A, vient de planter un coup d'épée dans le ventre de la Vieille Dame. Un but qui ôte le Scudetto des mains de la Juventus, et qui l'offre sur un plateau à la Lazio, qui n'en demandait pas tant. Nous sommes le 14 mai 2000, et Perugia vient d'inscrire son nom dans l'histoire du championnat d'Italie. Ironie de l'histoire, un an plus tôt, c'est sur cette même pelouse du Renato Curi que le Milan AC de Zaccheroni avait fêté son Scudetto, en s'imposant 2-1 lors de la dernière journée. Pour Perugia, promu en 1998 et de retour en Serie A après 17 saisons, c'est une véritable période dorée. Une période où vont se succéder des joueurs aussi incroyables qu'improbables (Nakata, Rapajc, Ze Maria, Materazzi, Ibrahim Ba, Kaviedes, Liverani ), des entraîneurs dingues (Vujadin Boškov, Carlo Mazzone, Serse Cosmi) et, évidemment, un président unique, Luciano Gaucci. Un homme qui, dans son CV, peut se vanter d'avoir fait venir en Italie le fils Khadhafi, d'avoir viré de son équipe de la Coréen Ahn Jung-Hwan, coupable d'avoir éliminé l'Italie du Mondial 2002, ou encore d'avoir proposé de faire jouer un ours dans son équipe.
République Dominicaine et Serie D
Mais comme souvent, en Italie, toute belle époque a une fin. Lors de l'été 2003, Perugia remporte la Coupe Intertoto, une première historique dans l'histoire du club. En Coupe UEFA, les Biancorossi se permettent même d'éliminer Dundee et l'Aris Salonique, mais se font sortir au troisième tour par le PSV Eindhoven. C'est l'apogée du Perugia de Luciano Gaucci. Car cette saison 2003-04 va être un véritable chemin de croix. L'équipe ne parvient pas à rééditer les prestations des années précédentes. Elle termine quizième, et doit donc disputer un barrage contre la Fiorentina, sixième de Serie B. Après la défaite 1-0 à l'aller au Renato Curi, elle n'arrive pas à inverser la tendance, et fait match nul 1-1 à l'Artemio Franchi. Relégation. Serse Cosmi tire sa révérence, et la formation est confiée à Stefano Colantuono, avec pour objectif une immédiate remontée en Serie A. Perugia termine troisième, et...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant