Pertes financières : ce qui devait arriver Areva

le
0
Après avoir démenti les "rumeurs" parues ce weekend dans la presse faisant état de difficultés financières, Areva a annoncé lundi des pertes opérationnelles pour l'exercice 2011. Le groupe lance un plan pour réduire ses coûts opérationnels de 1 milliard d'euros par an jusqu'en 2015, mais il doit constituer 1,5 milliard d'euros de provisions, correspondant à une perte de valeurs d'actifs sur plusieurs sites miniers. En 2007, Areva avait racheté pour 1,8 milliard d'euros le groupe canadien UraMin, qui exploite des mines d'uranium dans plusieurs pays africains, principalement en Afrique du Sud, en Centrafrique et en Namibie. Le Canadien disposait d'importants projets miniers en 2007, avec des ressources alors évaluées à 8.000 tonnes d'uranium. Mais le potentiel de ses sites s'est avéré jusqu'à 42% plus faible qu'indiqué lors des premières mesures et la production n'a toujours pas débuté sur certains des sites, comme sur ceux de Trekkopje (Namibie), Bakouma (Centrafrique) et Ryst Kuli (Afrique du Sud). La chute des prix de l'uranium, -33% depuis la catastrophe de Fukushima en mars dernier sur le New York Mercantile Exchange (NYMEX), a accentué la perte de valeur de ces actifs. La fermeture de plusieurs centrales nucléaires en Allemagne d'ici à 2022 nuit également aux perspectives du groupe.
Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant