Perte du AAA : «Le Royaume-Uni suivra la France»

le
0
INTERVIEW - La dégradation de la France entérine ce que les marchés savaient déjà, selon Étienne Gorgeon, directeur de la gestion taux et crédit de Edmond de Rothschild Investment Managers.

Pourquoi Standard & Poor's (S&P) agit-elle maintenant?

L'agence avait balisé le terrain lors de la mise sous surveillance négative, en décembre dernier, des États de la zone euro: sa décision allait être rapide. Je suis surpris qu'elle n'ait pas agi plus tôt.

Sa décision intervient toutefois à un moment légèrement différent que d'habitude. D'ordinaire, la dégradation a lieu au pire instant, après des journées horribles où le marché de la dette et celui des actions se sont cassés la figure. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas. La semaine a été plutôt bonne, avec une forte détente des taux espagnols, italiens et français.

Les raisons invoquées par S&P sont-elles fondées?

Il est difficile de lui donner tort. Les décisions prises par les responsables européens sont effectivement très lentes au regard des marchés, qui attendent des améliorations tangibles et rapides de la situation budgétaire des membres de la zone euro. Il ne faut pas oublier que S&

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant