Perruchot : «Acheter la paix sociale coûte moins cher»

le
0
INTERVIEW - L'ex-député du Loir-et-Cher et auteur d'un rapport parlementaire censuré sur le financement des organisations professionnelles donne son sentiment sur le procès de l'UIMM qui prend fin la semaine prochaine

LE FIGARO. - Êtes-vous surpris par les révélations du procès de l'UIMM?

Nicolas PERRUCHOT.- Je ne m'attendais pas à ce que Denis Gautier-Sauvagnac avoue que l'UIMM a financé les cinq syndicats représentatifs. Mais il n'en ressortira pas grand-chose car les camps sont figés: dès que l'on parle d'argent, les partenaires sociaux se braquent. Aucune solution ne pourra venir d'eux. Le gouvernement n'est pas non plus très actif. Pour que les choses changent, il ne reste que le référendum!

Les pratiques de financement occulte ont-elles disparues?

Les enveloppes en liquide n'existent plus mais les autres pratiques n'ont certainement pas disparu. A la fête de l'Humanité, il y a touj...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant