Perrier et Roland-Garros fêteront leurs noces d'émeraude en 2018

le
0
Perrier et Roland-Garros fêteront leurs noces d'émeraude en 2018
Perrier et Roland-Garros fêteront leurs noces d'émeraude en 2018

«Nous sommes partenaires de Roland-Garros depuis 37 ans et nous ne sommes pas prêts de nous arrêter ». Denis Cans, président de Nestlé Waters France, propriétaire de Perrier, est un sponsor heureux, qui aurait bien du mal à imaginer le tournoi sans sa petite bouteille verte. La reconduction du partenariat pour 3 ans entre la Fédération française de Tennis (FFT) et Perrier n'est donc pas vraiment une surprise. Mais elle confirme que les deux fidèles conjoints fêteront bel et bien leurs quarante ans de mariage en 2018.

Aller encore plus loin à l'international

Entre le tournoi et la mythique « bulle verte », tout a commencé en 1978 et depuis, Perrier a fidèlement accompagné le développement de Roland-Garros. Diffusé dans plus de 191 pays, le seul tournoi du Grand Chelem à être disputé sur terre battue a accueilli 462 377 spectateurs. En France, la finale homme diffusée sur France 2 a réuni l'an dernier 5,5 millions de téléspectateurs. « Ce partenariat historique est naturel, explique Denis Cans, car nos deux marques partagent depuis toujours des valeurs communes : audace, élégance, modernité, partage et soif extrême. » Le soleil est donc cette année encore fortement attendu sur les courts...

Pour Perrier, qui vend plus d'1,3 milliard de bouteilles à travers le monde, Roland-Garros est un terrain de jeu formidable pour continuer à pousser ses pions à l'international. Si, depuis bientôt 3 ans, Perrier qui avait été fortement secoué par la crise du benzène en 1990, écoule de nouveau plus de bouteilles à l'étranger (55% des ventes) qu'en France, le suisse Nestlé Waters veut encore aller plus loin.

Bientôt à Pékin

En France où cette eau minérale naturellement gazeuse jaillit dans le Gard depuis 1903, le marché est mature. Aux États-Unis, en revanche, les marges de progression sont importantes. Perrier y réalise déjà 25 % de son chiffre d'affaires, « mais son taux de pénétration n'est que de 2 %», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant