Perquisition dans les locaux d'une chaîne tatare en Crimée

le
3

MOSCOU, 26 janvier (Reuters) - Les locaux d'une chaîne de télévision tatare émettant en Crimée ont été perquisitionnés lundi par la police russe, suscitant des critiques de L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). La Commission d'enquête fédérale russe, placée sous les ordres directs du président Vladimir Poutin, a expliqué que cette perquisition s'inscrivait dans le cadre d'investigations portant sur la mort de deux manifestants en 2014. Un représentant de la chaîne de télévision ATR a déclaré à Reuters que la perquisition avait commencé à 11 heures du matin et qu'elle se poursuivait encore à 17 heures et que la diffusion plupart de ses programmes a été suspendue. L'OSCE a réclamé la reprise au plus tôt des diffusions. "Cette pratique consistant à s'introduire dans un média libre et indépendant ne peut être admise dans la région de l'OSCE", a déclaré dans un communiqué une représentante de l'organisation. La Commission d'enquête dit penser qu'ATR dispose d'enregistrements d'une manifestation organisée fin février 2014 en Crimée lors de laquelle des membres d'un groupe pro-russe ont été blessés et deux habitants tués. (Gabriela Baczynska,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 26 jan 2015 à 19:04

    Pour les pro-russes toutes les excuses sont permises

  • Berg690 le lundi 26 jan 2015 à 18:25

    Rien à voir il s'agit de recherche de preuves dans une affaire judiciaire.

  • Breizhll le lundi 26 jan 2015 à 18:21

    Poutine serait très heureux de finir l'épuration ethnique commencée par Staline...