Perquisition dans deux mosquées au Kenya, 250 arrestations

le
0

MOMBASA, Kenya, 17 novembre (Reuters) - La police kényane a abattu un homme et procédé à 250 arrestations lors de perquisitions menées dans deux mosquées du grand port de Mombasa, présentées comme des caches d'armes et des lieux de recrutement d'islamistes. Le Kenya essaie de démanteler les réseaux islamistes qu'il accuse d'être responsables d'une série d'attentats sur la côte. Les recrues de ces réseaux, estime le gouvernement, sont souvent inspirées par les islamistes du groupe somalien Al Chabaab, organisateur d'un attentat sanglant contre un centre commercial de Nairobi en 2013. "Ces mosquées sont célèbres pour radicaliser nos jeunes et les recruter pour Al Chabaab", a déclaré Nelson Maroua, le responsable de l'administration du comté de Mombasa. Le Kenya a envoyé des militaires en Somalie dans le cadre de la force de maintien de la paix de l'Union africaine, l'Amisom, tandis qu'Al Chabaab a juré de faire fuir du pays les militaires africains. Quelque 251 jeunes qui campaient dans les mosquées de Moussa et de Sakina et suivaient un entraînement ont été arrêtés, selon les chiffres communiqués par la police. Un homme a été abattu à la mosquée Moussa alors qu'il tentait de lancer une grenade sur des policiers. Huit grenades, des machettes, des poignards et de la littérature sur les armes ont notamment été retrouvés dans les deux mosquées, a indiqué le chef de la police de Mombasa Geoffrey Mayek. La police a également saisi des téléphones mobiles et des ordinateurs portables, ainsi que des vidéos et des documents ayant trait à l'ancien chef d'al Qaïda, Oussama Ben Laden et à des prédicateurs kényans accusés de faire l'apologie la violence. (Joseph Akwiri; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant